Bourse

Sociétés

CARREFOUR : J-15 avant le plan stratégique, les analystes se montrent déjà sceptiques

AOF - 08 janvier 2018

(AOF) - Carrefour (-3,11% à 17,94 euros) a signé la plus forte baisse du CAC 40, pliant sous le poids du scepticisme manifesté par plusieurs analystes à quelques jours de la présentation de son plan stratégique. Cette dernière est prévue le 23 janvier et sera précédée, le 17 janvier, par la publication du chiffre d'affaires annuel du groupe. En prévision de ce double rendez-vous, Deutsche Bank a maintenu sa recommandation Vendre sur Carrefour avec un objectif de cours ramené de 15 à 14 euros.

Le bureau d'études s'attend d'ores et déjà à être déçu par les mesures qui seront annoncées par Alexandre Bompard, le nouveau PDG de Carrefour arrivé en juillet dernier. Et pour Deutsche Bank, le marché sous-estime l'impact sur la marge de Carrefour France, qu'il chiffre à 50 points de base contre -10 points de base pour le consensus, des fermetures de magasins et des suppressions de postes que le groupe risque d'annoncer pour financer ses baisses de prix et ses investissements dans le e-commerce. Deutsche Bank estime que Carrefour devra dépenser au moins 600 millions d'euros.

Outre la France, Carrefour devra aussi relever des défis d'ampleur dans d'autres pays comme l'Espagne, l'Italie ou la Belgique où la concurrence se durcit. Deutsche Bank évoque aussi la situation qui se détériore au Brésil dans un contexte de désinflation dans le domaine de la distribution alimentaire. Enfin, Carrefour Chine devrait afficher une nouvelle fois en 2018 une baisse organique de ses ventes. "Nous pensons qu'une vente des actifs chinois ferait sens mais que trouver un acheteur risque de s'avérer difficile", avertit Deutsche Bank.

Carrefour pourrait peiner à maintenir son taux de distribution


Autre bureau d'études à avoir publié ce matin une note sur Carrefour, UBS ne se montre guère plus enthousiaste que son homologue allemand. La banque suisse a maintenu sa recommandation Neutre et son objectif de cours de 16,50 euros sur Carrefour.

"Les modestes attentes du consensus et le fait que Carrefour présente l'un des plus faibles multiples de valorisation du secteur suggère que ses défis sont vus comme insurmontables. Nous voyons des opportunités liées à la restructuration à moyen terme mais l'incertitude quant aux résultats à court terme de ces mesures est forte", prévient UBS. L'analyste se dit inquiet par les pertes récurrentes des ex-magasins Dia passés sous enseigne Carrefour ces dernières années et souligne que le maintien du taux de distribution du groupe pourrait être sujet à caution.

Pour tenter de positiver, UBS estime que des mesures de réduction des coûts au niveau de la logistique notamment apporteraient les fonds nécessaires à des investissements supplémentaires dans les prix. "Ramener les stocks à leur niveau historique pourrait se traduire par 1,5 milliard d'euros de capital supplémentaire. Les dépenses générales sont actuellement à un niveau record de 18% du chiffre d'affaires contre un niveau historique de 16-17%, suggérant qu'il y a encore de la place pour couper dans les dépenses", conclut UBS.