Bourse

Sociétés

CARREFOUR pénalisé par la violente charge d'un broker

AOF - 07 décembre 2017

(AOF) - Carrefour a perdu 2,91% à 17,685 euros et fini à la dernière place du SBF 120, pénalisé par l'abaissement de l’opinion de Bernstein à Sousperformance. Le bureau d'études se montre très sévère envers les premières mesures prises par le nouveau management du groupe - dont la présentation du plan stratégique a été repoussée à janvier - qui ne sont selon lui pas à la hauteur des besoins de Carrefour.

Bernstein commence par dégonfler la bulle qui s'est formée autour de Carrefour ces dernières semaines et qui s'est traduite par une revalorisation du titre : pour l'analyste, elle n'est basée que sur des "vœux pieux" et autres spéculations.

Trois sujets ont particulièrement occupé l'esprit des investisseurs : l'espoir que des mesures de soutien aux fournisseurs (agriculteurs essentiellement) incitent les distributeurs à calmer la guerre des prix, la spéculation autour d'un rapprochement entre Carrefour et Amazon après que Casino a renforcé son offre e-commerce avec Ocado, et les rumeurs qui circulent autour des économies de coûts que viseraient le nouveau PDG Alexandre Bompard.

Outre le fait que tout cela reste au conditionnel, Bernstein constate que les premières mesures concrètes du nouveau Comex de Carrefour sont "décevantes". Certes, Carrefour a étendu les horaires d'ouverture de magasins le dimanche et signé un accord avec Fnac-Darty mais, dans les deux cas, l'impact devrait rester très limité.

Carrefour tarde à prendre la mesure d'un secteur qui se durcit


En revanche, la problématique de la gouvernance avec un Comex nombreux et centralisateur semble plus significative à l'analyste qui déplore cette évolution. Bernstein se montre aussi sévère sur l'absence de communication d'Alexandre Bompard à des investisseurs qui attendent avec impatience son nouveau plan stratégique.

Le décalage entre les espoirs et les premières mesures concrètes est d'autant plus néfaste, juge Bernstein, que l'environnement dans lequel évolue Carrefour continue pendant ce temps à se durcir. En Chine, Alibaba semble bien décidé à racheter Sun Art, la filiale d'Auchan, tandis qu'au Brésil, Walmart prévoit de lourds investissements dans le e-commerce. En France, Casino a pris une longueur d'avance sur Carrefour dans le digital en s'alliant avec le britannique Ocado.

"Un endettement élevé, une faible génération de cash et un risque de révision à la baisse des bénéfices justifie une valorisation de 13,4 fois le bénéfice par action 2018, conclut Bernstein. Nos prévisions sont inférieur de 7% au consensus au niveau du bénéfice par action mais nous nous attendons à un ajustement à la baisse des prévisions".