Bourse

Sociétés

CASINO gagne plus de 5% après son alliance avec AMAZON

AOF - 27 mars 2018


(AOF) - Casino accélère sa progression, gagnant désormais 5,35% à 39,57 euros, après une information du journal brésilien O Globo indiquant que le groupe français négocie actuellement un partenariat avec Amazon pour le Brésil. Il intègrerait Via Varejo, filiale de distribution non-alimentaire du groupe GPA contrôlé par le groupe français. Contacté par AOF, Casino a indiqué ne pas avoir encore de réaction à apporter sur ce point.

Selon Reuters, la transaction entre le distributeur et Amazon pourrait se traduire soit par la vente pure et simple de Via Varejo, soit par un partenariat comme celui annoncé hier soir par Monoprix. L'enseigne de proximité de Casino va en effet proposer dans les prochaines semaines ses produits alimentaires - et une offre limitée dans le non-alimentaire, notamment textile - aux clients du service Amazon Prime Now à Paris et dans sa proche banlieue.

Les prix Monoprix Prime Now resteront supérieurs à ceux de Leclerc

Cet accord a d'une part une vertu défensive pour Monoprix. Il a en effet été rendu public hier soir, c'est-à-dire le jour du lancement d'une initiative du rival Leclerc qui a ouvert son service de livraison "express" de produits alimentaires dans Paris. Or, le partenariat Monoprix/Amazon fait la part belle à la promesse d'une livraison rapide des produits alimentaires, principal avantage du service Amazon Prime Now.

"Quand bien même le prix reste clé dans le secteur alimentaire, on constate quand même que la qualité de service et l'efficacité de la livraison sont au cœur de cet accord !", confirme Pierre Schneider, Directeur Digital Consulting chez Niji, une société de conseil spécialisée dans la transformation numérique des entreprises. Pour leur part, Oddo BHF et Barclays notent que les produits Monoprix en vente sur Amazon le seront à un prix supérieur de 25% à ceux pratiqués par Leclerc dans le cadre son nouveau service.

Concrètement, Monoprix va se charger de confectionner les commandes et c'est bien Amazon qui s'occupera de la livraison et assumera son coût. "L'opération ne requiert virtuellement aucun investissement et les dirigeants de Monoprix assurent que chaque commande sera rentable", commente pour sa part Bernstein. Reste que Monoprix devra tout de même verser à Amazon une commission sur les ventes réalisées via le service Prime Now, estimée à 10% par Oddo BHF.

Casino complète l'édifice digital autour de Monoprix

D'autre part, l'accord annoncé hier soir par Casino permet au distributeur de compléter l'édifice digital qu'il est en train de bâtir autour de Monoprix. L'enseigne assure que le partenariat avec Amazon est complémentaire de celui signé l'an dernier avec le britannique Ocado, déjà sur l'alimentaire. Ce dernier vise à honorer des commandes plus lourdes tandis que l'alliance avec Amazon portera sur des plus petites quantités de produits, des commandes de dépannage au quotidien. Monoprix vise 1 000 commandes par jour pour un chiffre d'affaires potentiel qu'Oddo BHF estime à 15 millions d'euros à comparer avec les 50 millions d'euros réalisés sur le site maison monoprix.fr.

Plus récemment, Monoprix a aussi annoncé l'acquisition du site de chaussures Sarenza, destinée cette fois à étendre sa gamme de produits vers le Lifestyle.

Enfin, "cet accord donne accès à l'enseigne à la base de clients Amazon, à son trafic y compris les clients Amazon Prime plutôt urbains comme les clients Monoprix", complète Pierre Schneider, Directeur Digital Consulting chez Niji. Barclays nuance ce point en indiquant que, comme toute enseigne présente sur la marketplace Amazon, Monoprix va devoir concéder le contrôle des données au site. Le bureau d'études souligne enfin que ce partenariat ne devrait pas empêcher le géant américain de lancer ses propres initiatives de livraison express à domicile de produits frais.