Bourse

Sociétés

COMPASS paie cher ses résultats semestriels

AOF - 09 mai 2018


(AOF) - Compass a décroché de 4,80% à 1 507,50 pence à la Bourse de Londres. Cette baisse significative, outre le fait qu'elle ne s'est pas répercutée sur le français Sodexo (+0,36%), est tout de même à nuancer au vu de la récente performance du titre Compass : il a clôturé hier sur ses plus hauts de l'année. Sans doute en quête d'une bonne raison pour prendre des bénéfices sur la valeur, et dans un environnement où la moindre déception se traduit par une forte baisse des cours, les investisseurs retiennent surtout le ralentissement de la croissance organique de Compass au deuxième trimestre.

Sur cette période, le spécialiste britannique de la restauration collective a vu son chiffre d'affaires progresser organiquement de 3,7%. Sa croissance avait culminé à 5,9% sur les trois premiers mois de l'exercice et Jefferies visait encore 5%.

Toutefois,  ce dernier ne s'alarme pas du tout de ce ralentissement et souligne que l'activité de Compass a été perturbée au deuxième trimestre par un effet de calendrier négatif (le week-end pascal est tombé sur cette période) et une météo défavorable. En données ajustées de ces éléments, le chiffre d'affaires du concurrent de Sodexo aurait sans doute progressé de 4,6%, calcule Jefferies, en ligne avec les attentes. 

Compass maintient ses perspectives annuelles

Sur l'ensemble du semestre clos fin mars, le chiffre d'affaires de Compass ressort à 11,5 milliards de livres sterling, en croissance organique de 4,8%.

Mais un autre élément aggravant vient sans doute alourdir la note de Compass ce matin : le groupe a enregistré au premier semestre, et pour la première fois depuis 2006, une baisse de sa marge. Le recul n'est que de 10 points de base, à 7,5%, mais ressemble, là encore, à un prétexte commode pour céder des titres. Surtout que, comme le note Bernstein, Compass reste malgré tout, et de loin, le leader de son marché tant en termes de marge que de croissance organique. De plus, ajoute l'analyste, les raisons de cet affaissement sont bien identifiées - une hausse des coûts de restructuration et des prix de ses matières premières au Royaume-Uni - et s'inverseront au second semestre.

Enfin, renchérit Jefferies, le maintien des perspectives annuelles est à mettre au crédit de Compass. Le 8 février, le groupe avait affiché son optimisme, ciblant une croissance organique annuelle dans la partie haute de sa fourchette de prévision +4/+6%. Sa marge devrait, quant à elle, "légèrement progresser".