Bourse

Sociétés

DASSAULT SYSTEMES : les prises de bénéfices prennent le dessus après un deuxième trimestre en ligne

AOF - 25 juillet 2018


(AOF) - Pour Credit Suisse, la réaction de l’action Dassault Systèmes (-2,19% à 125 euros) aux résultats du deuxième trimestre devait être un test du sentiment du marché à l’égard de l'éditeur français de logiciels de conception et de fabrication assistée par ordinateur. Les investisseurs ont tranché et leur sentiment est négatif. Ils ont fait le choix de prendre des bénéfices sur un titre qui a progressé de 40% depuis le début de l’année à la suite de résultats trimestriels en ligne avec les attentes et du relèvement "technique" des objectifs 2018.

Entre avril et juin, Dassault Systèmes a vu son bénéfice net par action ajusté progresser de 16% (+22% à changes constants) à 72 cents. Sa marge opérationnelle a atteint 30,2%, en progression de 0,1 point. Le chiffre d'affaires trimestriel du groupe a crû de 4% (+8% à changes constants) pour atteindre 840,3 millions d'euros. Les ventes de licences de logiciels, domaine très rentable, ont augmenté de 8% à taux de change constants à 218,9 millions.

L'annonce de ces résultats a été accompagnée par le relèvement des objectifs 2018 du groupe technologique français, qui prennent en compte des changes moins défavorables et l'acquisition de Centric Software. Un relèvement qualifié de "technique" par Invest Securities.

Dassault Systèmes vise désormais un bénéfice net par action dilué entre 2,95 euros à 3 euros, soit une croissance de 10% à 12% (+15% à +17% à taux de change constants). La précédente guidance était d'une progression comprise entre 6% et 8% (+11% à +13% environ à taux de change constants). Le chiffre d'affaires est anticipé en augmentation de 9% à 10% à taux de change constants, soit entre 3,41 et 3,44 milliards d'euros, contre de +8% à +9% auparavant. Les ventes de licences de logiciels sont attendues en progression de 9% à 11%, à comparer avec la fourchette précédente de 8% à 10%, hors impact des changes.

La marge opérationnelle ajustée est, elle toujours anticipée entre 31% et 31,5%. Elle devrait reculer par rapport à 2017 (32%) en raison principalement de l'impact dilutif des acquisitions.