Bourse

Conseil

Donald Trump fait trembler le secteur automobile

AOF - 24 mai 2018


(AOF) - Donald Trump l’avait déjà fait pour les importations d’acier et d’aluminium. Il vise désormais le secteur automobile. En effet, le président américain a annoncé hier soir qu’il envisageait d’imposer de nouvelles taxes douanières sur les importations de véhicules aux Etats-Unis. Des droits de douane qui pourraient être de l’ordre de 20 à 25%.

La suite apparaît logique : les valeurs automobiles européennes ont enregistré des baisses conséquentes. En France, PSA (-1,11%) ou encore Renault (-1,68%) étaient à la peine. Pourtant, seulement 8 400 véhicules en provenance de l'Hexagone étaient dénombrés sur le marché américain en 2017, selon les chiffres de l'International Trade Administration. Renault s'avère toutefois plus exposé via ses liens étroits avec le japonais Nissan, dont plus de 600 000 véhicules ont été importés sur le marché américain l'an dernier.

Mais ces replis s'avèrent moindres que ceux de BMW (-2,24%) et Volkswagen (-1,83%) à Francfort. Les constructeurs automobiles allemands sont en effet des exportateurs chevronnés : environ 500 000 unités étaient importées globalement aux Etats-Unis.

Comment Donald Trump s'y prendra-t-il pour arriver à ses fins? Tout simplement grâce au lancement d'une enquête dans le cadre d'une loi sur le commerce. C'est cette enquête qui devra déterminer si les importations automobiles (y compris les camions et les pièces détachées) ont un impact sur la sécurité nationale des Etats-Unis.

Comme de coutume, l'objectif du dirigeant est de mettre en pratique le slogan " America First ". Ainsi, avant l'annonce officielle, Donald Trump avait promis sur Twitter une " grande nouvelle prochainement pour nos formidables ouvriers américains de l'automobile ". " Après de nombreuses décennies d'emplois délocalisés vers d'autres pays, vous avez suffisamment attendu ", avait poursuivi le président américain.

En 2017, les Etats-Unis ont importé 8,3 millions de véhicules pour une valeur totale de 192 milliards de dollars, ce qui représente 48% des véhicules vendus, rappelle Invest Securities. Une part qui a progressé : elle n'était en effet que de 32% il y a 20 ans.

" Dans le détail, 2,4 millions ont été importés du Mexique, 1,8 million du Canada, 1,7 million du Japon, 930 000 de Corée du Sud et…500 000 d'Allemagne ", ajoute l'analyste. Des chiffres qui ont conduit Donald Trump à passer la cinquième.