Bourse

Sociétés

ELIOR baisse encore, les analystes entrent en scène après l'avertissement de vendredi

AOF - 20 novembre 2017


(AOF) - Elior perd encore 3,92% à 19,375 euros ce lundi, après avoir chuté de plus de 18% vendredi, signant la plus forte baisse du SBF 120 pour la deuxième séance consécutive. Sanctionné vendredi pour l'avertissement sur sa marge d'Ebitda annuelle, désormais attendue en baisse alors qu'une amélioration était jusque-là prévue, Elior subit aujourd'hui une réplique de ce séisme avec les réactions des analystes. Résultat : au moins deux abaissements de recommandations (Oddo BHF et Citi), respectivement de Neutre à Alléger et d'Acheter à Neutre, et de nombreux abaissements d'objectifs de cours.

LCM a par exemple abaissé le sien de 25,70 à 22,6 euros, Credit Suisse de 25,10 à 21 euros, Natixis de 23 à 20,50 euros et Oddo BHF de 25 à 20,50 euros.

La première raison de ces réactions négatives est que les différents bureaux d'études ont adapté leurs estimations à la nouvelle donne chez Elior. Le groupe a prévenu vendredi que sa marge d'Ebitda baisserait sur son exercice décalé 2016/2017 pour atteindre 8,3% (incluant 5 points de base d'effet dilutif des acquisitions réalisées au cours de l'exercice).

Jusque-là, le groupe prévoyait une hausse de sa rentabilité à hauteur de 20 à 30 points de base. De plus, le groupe assure que "l'objectif de croissance significative du résultat net par action ajusté ne sera pas réalisé". En revanche, Elior s'est montré plus optimiste concernant sa croissance organique attendue à 3,6% hors effet des sorties volontaires de contrats. Elle était précédemment anticipée à "au moins 3%".

Le nouveau DG d'Elior est attendu au tournant

Plusieurs analystes mettent au passage en garde contre l'impact négatif que ce dynamisme commercial d'Elior - le gain de nouveaux contrats dope la croissance - risque d'avoir sur sa marge y compris sur l'exercice 2017/2018. Lorsqu'il décroche des appels d'offres pour prendre en charge la gestion d'un point de restauration dans un aéroport par exemple, Elior doit dépenser pour la mise en place des systèmes de paiement, de sa publicité ou encore pour la formation de ses salariés...

De plus, les bureaux d'études pointent le manque de visibilité que génère la transition en cours à la tête d'Elior. Après le départ du PDG Philippe Salle cet été, son successeur a été désigné, il s'agit de Philippe Guillemot, et sera nommé début décembre. Pour les analystes, il est clair qu'il va mettre en place sa propre stratégie et donc remettre en cause les objectifs contenus dans le plan déployé par la précédente équipe et qui court jusqu'en 2020. Ce dernier prévoit notamment une marge d'Ebitda de 9 à 10%.

Autant dire que Philippe Guillemot est attendu au tournant. Son premier rendez-vous avec la communauté financière aura lieu le 6 décembre pour la présentation de ses résultats annuels. Son plan stratégique n'est pas attendu avant le premier semestre 2018.