Bourse

Sociétés

ELIOR vers une année blanche en Bourse après son avertissement

AOF - 17 novembre 2017


(AOF) - Elior sombre à Paris. Le titre du spécialiste de la restauration collective a perdu 18,17% à 20,16 euros, faisant passer son bilan depuis le début de l'année en territoire négatif (-3% environ), après avoir annoncé que sa rentabilité serait en baisse sur l'exercice 2016/2017 clos fin septembre. Au vu de résultats trimestriels préliminaires, Elior table désormais sur une marge d'Ebitda retraité de 8,3%, soit une baisse de 0,2 point par rapport à son niveau de l'exercice précédent, ce qui correspondrait à une croissance proche de 6% de l’Ebitda retraité.

Jusque-là, Elior tablait sur une amélioration de sa rentabilité à hauteur de 20 à 30 points de base. Cet avertissement devrait entrainer une révision à la baisse du consensus qui tablait sur une marge d'Ebitda retraité de 8,7% tandis que le nouvel Ebitda ajusté tomberait 4% sous les attentes.

Elior a également indiqué que "l'objectif de croissance significative du résultat net par action ajusté ne sera pas réalisé". Face à ce lourd avertissement, la prévision d'une croissance organique de son chiffre d'affaires plus forte que prévu, à 3,6% contre "au moins 3%" précédemment, ne pèse pas lourd dans les décisions des investisseurs.

Pour expliquer son avertissement, Elior convoque trois facteurs. D'abord, le groupe va enregistrer des coûts importants de démarrage de nouveaux contrats, notamment avec le ministère de la Défense en Italie et dans l'enseignement en France.

Elior peut-il tenir les objectifs du plan Tsubaki 2016-2020 ?

Ensuite, le spécialiste de la restauration collective a évoqué, sans les chiffrer, les conséquences du passage de l'ouragan Irma en septembre sur l'activité, tant en restauration collective qu'en restauration de concession. Sur l'exercice 2015-2016, Elior a réalisé 15% de son chiffre d'affaires aux Etats-Unis. Enfin, Elior incrimine une moindre contribution des plans d'actions et d'économies dont les bénéfices étaient attendus au quatrième trimestre.

Les annonces d'Elior s'expliquent aussi sans doute par l'environnement dans lequel évolue le groupe depuis cet été. En effet, suite à un désaccord avec son actionnaire de référence, le PDG Philippe Salle a claqué la porte fin juillet. Depuis, la gouvernance d'Elior est en reconstruction avec la nomination de Gilles Cojean comme président du Conseil d'administration et celle de Pedro Fontana comme directeur général par intérim. Le groupe a d'ailleurs annoncé ce matin que cet intérim prendrait fin le 5 décembre avec la nomination de Philippe Guillemot à la direction générale.

Dans ce contexte, il est assez classique que les nouveaux dirigeants d'une société décident de remettre leurs comptes à plat, quitte à avertir sur leurs perspectives, ce qui leur permettra au passage de profiter les trimestres suivants d'une base de comparaison plus favorable.

Reste une incertitude concernant l'impact que l'incapacité d'Elior à atteindre ses objectifs annuels va avoir sur ses perspectives à l'horizon 2020, échéance du plan stratégique Tsubaki. Ce dernier prévoit notamment une marge d'Ebitda de 9 à 10%. A moins que la nouvelle direction du groupe ne revienne sur la stratégie impulsée par la précédente équipe...