Bourse

Sociétés

ENGIE pénalisé par ses centrales nucléaires en Belgique

AOF - 18 juin 2018


(AOF) - En repli de 4,81% à 13,25 euros, Engie a accusé le plus lourd repli du CAC 40, pénalisé par les nouvelles révisions de ses centrales nucléaires et le prolongement de l'arrêt du réacteur Tihange 3. Ces révisions et ce nouveau prolongement représentent l'équivalent de plus de sept mois cumulés de non-fonctionnement supplémentaires de ses centrales. Le groupe d'énergie français a révélé que ces révisions se traduiront par un manque à gagner d'environ 250 millions d'euros au niveau de l'Ebitda et du résultat net du groupe en 2018.

Il s'est dit confiant dans sa capacité à compenser significativement l'impact de ces indisponibilités nucléaires. Au plus tard à l'occasion de la publication de ses résultats financiers semestriels le 27 juillet prochain, Engie sera en mesure de préciser et commenter plus en détails l'impact financier de l'ensemble de ces mesures.

Engie a immédiatement décidé de mettre en place un plan d'actions spécifique pour réduire les effets de ce nouvel agenda de révision sur la performance financière en 2018.

A la demande de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) et après dialogue avec elle, Electrabel, filiale d'Engie, avait annoncé vendredi dernier, avoir décidé de revoir l'agenda des révisions programmées des unités nucléaires de Tihange 2 et Doel 4, et d'adapter la date de fin pour la révision en cours de Tihange 3.

Le redémarrage de ce réacteur de 1 000 mégawatts, à l'arrêt pour maintenance depuis le 31 mars, est désormais prévu le 30 septembre contre le 1er juillet auparavant.

En avril 2018, Electrabel avait constaté une dégradation du béton au niveau des plafonds des locaux abritant les buses de sortie des soupapes d'échappements vapeurs.