Bourse

Sociétés

FAURECIA sévèrement sanctionné après sa publication, et pourtant…

AOF - 20 juillet 2018


(AOF) - Faurecia (-7,36% à 58,62 euros) a accusé le plus lourd repli du SBF 120, dans le sillage de sa publication du premier semestre 2018. Si les performances de l’équipementier automobile s’avèrent solides, les investisseurs sanctionnent un relèvement d’objectifs annuels jugé trop timoré. Ce qui n’arrange rien : les craintes de guerre commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires se sont ravivées aujourd’hui. Une mauvaise nouvelle pour le secteur automobile dans son ensemble.

Dans le détail, Faurecia a publié un résultat net de 342 millions d'euros (+10,2%) et un résultat opérationnel de 647,2 millions (+11,1%) pour son premier semestre 2018. Cela fait ressortir une marge opérationnelle de 7,2%, en hausse de 40 points de base. Quant au chiffre d'affaires, il a progressé de 10,9% à 8,99 milliards d'euros.

" Cette progression est 910 points de base au-dessus de la croissance de la production automobile mondiale (+1,8%) ", souligne le groupe, dans son communiqué.

" Nous avons à nouveau enregistré de solides performances au premier semestre, et sommes en avance sur notre feuille de route ", s'est félicité Patrick Koller, le directeur général de Faurecia.

En conséquence, l'équipementier automobile a relevé ses perspectives pour l'ensemble de l'année 2018. Ainsi, Faurecia s'attend désormais à une croissance de ses ventes d'au moins 8 % (à taux de change constants) alors qu'il tablait auparavant sur " au moins 7% ".

Le groupe vise également une marge opérationnelle d'au moins 7,2% des ventes en 2018, contre " supérieure à 7% des ventes " auparavant.

Ces nouveaux objectifs ont toutefois été jugés trop prudents et conservateurs par le marché.

" Personne ne sait quel sera l'impact de la guerre commerciale et des différentes difficultés auxquelles nous aurons à faire face au second semestre, et je pense qu'il est important de ne pas survendre la croissance attendue sur la période à venir ", a plaidé Patrick Koller, a rapporté Reuters.

Toutefois, le directeur général de Faurecia n'a pas été entendu.