Bourse

Sociétés

HERMES : Berenberg sème le trouble

AOF - 12 juin 2018

(AOF) - La nouvelle étoile du CAC 40, Hermès, commencerait-elle déjà à pâlir ? Pénalisé par la dégradation de recommandation à Vendre de Berenberg, le sellier, notamment réputé pour ses fameux carrés de soie et ses célèbres sacs Birkin, a perdu aujourd'hui 1,84% à 553,6 euros. Depuis son record atteint le 29 mai dernier de 614,60 euros, l'action a abandonné plus de 9%.

Ces derniers jours, plusieurs brokers ont abaissé leur recommandation en raison du bond de 30% de l'action depuis le début de l'année, rendant la valorisation du groupe de luxe "stratosphérique" : 39,9 fois les résultats estimés pour 2019, contre 22,9 fois pour LVMH et 21,8 fois pour Kering.

Ce matin, Berenberg va plus loin. Au-delà de la question des multiples qu'il juge lui aussi trop élevés, le courtier allemand distille le doute sur l'extraordinaire dynamique du modèle Hermès.

Comment justifie-t-il ce propos iconoclaste ? Par le ralentissement du marché du sac Hermès d'occasion ! L'analyste rappelle que la demande non satisfaite pour les sacs iconiques Kelly et Birkin a été la clef du parcours boursier d'Hermès.

Le contrôle strict que la marque a exercé sur son offre de maroquinerie, et donc sur le désir pour ses produits, a permis à Hermès de maintenir un fort pouvoir de fixation des prix et de garantir une surperformance sur ses concurrents en période de ralentissement, explique l'intermédiaire.

Or, les efforts d'investissements du groupe pour accroître ses capacités de production couplés avec l'essor du marché de la seconde main constituent désormais un sérieux challenge pour le business model de la société.

Selon Berenberg, le ralentissement de la dynamique de la marque semble se confirmer, comme en témoignent la baisse des primes affichées sur les sacs Hermès de seconde main sur les sites internet spécialisés et le ralentissement des recherches en ligne sur Hermès en Chine et dans le monde.