Bourse

Sociétés

Les vins et spiritueux face au risque chinois

AOF - 04 janvier 2018


(AOF) - En repli de 2,85% à 112,50 euros, Rémy Cointreau a accusé la deuxième plus forte baisse du SBF 120 et pesé sur Pernod Ricard (+0,04% à 131,25 euros) dans son sillage. Selon une source de marché, Investec a dégradé sa recommandation sur Rémy Cointreau de Conserver à Vendre et abaissé son objectif de cours de 103 à 100 euros. Le broker s'inquiète des conséquences d'éventuelles nouvelles mesures anti-corruption évoquées par le président Chinois Xi Jinping en octobre.

Dans une note citée par Reuters, le broker révèle que le gouvernement chinois commence à surveiller ses citoyens sur la base d'une gamme étendue de comportements. Selon le bureau d'études, cette surveillance pourrait affecter la consommation de produits symboliques d'un point de vue statutaire, comme les cognacs haut de gamme de Rémy Cointreau.

Toujours d'après Investec, le gouvernement chinois va noter à partir de 2020 tous les citoyens sur la base d'un score fondé sur leur comportement en ligne. Les publications sur les médias sociaux et les achats en ligne seront surveillés.

Le bureau d'études estime que ce contrôle devrait avoir un impact sur le comportement des consommateurs et la consommation d'alcool.

En conséquence, Rémy Cointreau pourrait avoir du mal à atteindre son objectif de ventes 2020 étant donné les taux de croissance récents.

Selon les estimations du courtier citées par Reuters, la croissance des ventes de produits haut de gamme doit s'accélérer d'environ 400 points de base pour que les objectifs soient atteint.

Si Remy Cointreau et Pernod Ricard ont été pénalisés par l'étude, LVMH, qui regroupe notamment la marque de cognac Hennessy, a bien résisté. Le titre a gagné en effet 1,17% à 245,60 euros. Contrairement aux deux autres groupes, LVMH est également présent dans le luxe avec notamment sa marque phare Louis Vuitton. L'alcool n'a représenté que 13% des ventes totales du groupe en 2016.