Bourse

Marchés

La crise italienne pèse sur les banques et les actions européennes

AOF - 28 mai 2018


(AOF) - Les incertitudes politiques en Italie ont encore une fois eu raison de la confiance des investisseurs européens. Le CAC 40 a perdu 0,61% à 5 508,93 points et l'EuroStoxx a baissé de 0,93% à 3 482,64 points.

L'absence des investisseurs américains - Wall Street est fermé en raison du Memorial Day qui rend hommage aux soldats américains morts au combat - n'a fourni aucune distraction aux intervenants européens. Egalement privés de statistiques, ils se sont focalisés sur la situation politique en Italie qui s'est nettement détériorée depuis vendredi.

Les rumeurs qui faisaient état des difficultés de Giuseppe Conte à former son gouvernement se sont en effet révélées exactes. Celui qui avait été proposé par la coalition M5S/Ligue pour devenir premier ministre a en effet renoncé à occuper ce poste ce week-end. Il a ainsi pris acte du refus du président italien Mattarella de valider son candidat au poste de ministre des Finances, l'eurosceptique Paolo Savona.

Cette défection de Conte a conduit le président italien à nommer l'ex-membre du FMI Carlo Cottarelli comme premier ministre. Mais ce dernier doit encore faire approuver son gouvernement par les députés italiens. Le parti Forza Italia de Berlusconi, allié à la Ligue, a d'ores et déjà annoncé qu'il ne votera pas la confiance à un gouvernement emmené par Cottarelli. L'Italie se dirige donc tout droit vers des élections anticipées qui risquent de consacrer une fois de plus le poids des partis anti-système M5S et Ligue.

Ces tensions se sont répercutées sur les marchés actions via les rendements obligataires. Les taux longs allemands et français, considérés comme des valeurs-refuges en Europe, ont chuté de 6 et 2 points de base respectivement. Ils ont entrainé les valeurs bancaires dans leur sillage, pesant irrémédiablement sur les indices, sachant que les banques sont de toute façon très sensibles au risque politique. A Paris, Credit Agricole a perdu 1,66%, BNP Paribas 1,07% et Société Générale 0,75%. La baisse des taux a en revanche fait un heureux : Unibail-Rodamco, qui s'est apprécié de 0,85% et a terminé en tête du CAC 40. Le secteur de l'immobilier, traditionnellement très endetté, est sensible à des taux faibles.

Pour le reste, l'actualité des valeurs a été limitée. Bouygues (+0,05%) a annoncé une acquisition en Australie et Parrot (-4,82%) a dévoilé des résultats trimestriels en pertes.