Bourse

Marchés

La dynamique des marchés s'est grippée cette semaine

AOF - 10 novembre 2017


(AOF) - L'été indien a pris fin sur les marchés actions européens. Les principaux indices ont aligné aujourd'hui leur cinquième séance de baisse consécutive dans des volumes réduits. Au final, la Bourse de Paris a terminé en repli de 0,5% à 5 380,72 points. Sur la semaine, la perte atteint 2,49%. Dans le reste de l'Europe, la tendance est similaire. L'EuroStoxx 50 a abandonné ce soir 0,55% à 3 592,57 points. Depuis la clôture de vendredi dernier, l'indice pan-européen a cédé 2,6%.

A Wall Street également, la morosité est de mise. Vers 17h30, le Dow Jones accuse une baisse de 0,27% et s'apprête à terminer la semaine sur une contraction de 0,58%. L'indice américain des valeurs industrielles, mais aussi l'indice, plus large, S&P 500 s'orientent vers un recul sur l'ensemble de la semaine, après huit semaines consécutives de hausse.

A l'image de la séance d'aujourd'hui, les actions ont manqué de soutien durant toute la semaine. Les grandes banques centrales, Fed, BCE et Banque du Japon, sont restées en retrait et aucun indicateur économique n'a réellement suscité l'intérêt des opérateurs. Les statistiques ont confirmé que la croissance était solide partout dans le monde et notamment en Europe.

Au chapitre des entreprises, les résultats trimestriels sont ressortis globalement meilleurs que prévu tant en Europe qu'aux Etats-Unis. Mais ces bonnes nouvelles étaient largement intégrées par le marché.

Dans ce marasme, une poignée de valeurs du CAC 40 ont affiché un bilan hebdomadaire positif. Grâce à sa hausse de 2,74% en cinq séances, Veolia Environnement a signé la meilleure performance de l'indice, soutenu par la publication d'un chiffre d'affaires supérieur aux attentes au troisième trimestre et l'annonce de perspectives encourageantes.

TechnipFMC (+1,42%) occupe la deuxième place du palmarès dans le sillage de la hausse des cours du pétrole (+2,9% à 64,06 dollars à l'issue de 5 séances consécutives de hausse pour le baril de Brent).

Si les perdants sont nombreux cette semaine, le secteur automobile, l'une des locomotives du marché depuis le début de l'année, a été le plus malmené. Le groupe PSA a abandonné plus de 8,5% en 5 séances, les investisseurs s'interrogeant sur la capacité du constructeur à redresser aussi rapidement que prévu sa nouvelle filiale allemande Opel, en grande difficulté. PSA a emporté dans sa chute Michelin (-5,6%) et Renault (-5%)