Bourse

Marchés

La guerre commerciale devient réalité, les investisseurs courent aux abris

AOF - 23 mars 2018


(AOF) - Les marchés européens ont enchainé leur troisième séance consécutive de nette baisse, toujours pénalisés par le regain de tensions commerciales alimenté par l'administration Trump. Le CAC 40 a perdu aujourd'hui 1,39% à 5 095,22 points, proche de son plus bas de l'année atteint le 9 février à 5 079,21 points. Sur la semaine, le principal indice parisien a chuté de 3,55%. L'indice paneuropéen EuroStoxx n'est pas mieux loti, qui a reculé de 1,5% à 3 298,07 points aujourd'hui et de 4,05% en cinq séances.

Aux Etats-Unis enfin, pays d'origine des troubles qui font chuter l'ensemble des Bourses mondiales, le Dow Jones a craqué (-0,25%) après une tentative de rebond en ouverture et reste sur une perte de 4,19% depuis le début de la semaine.

C'est bien la décision de Donald Trump d'accroître de 25% les tarifs douaniers qui s'appliquent à 60 milliards de dollars d'importations chinoises qui a alimenté l'aversion au risque des investisseurs. En concrétisant ainsi ses promesses protectionnistes, le président américain ouvre la voie à une guerre commerciale si la Chine décide de prendre des mesures de rétorsion. Pékin pourrait en effet décider d'appliquer à son tour des taxes à l'importation supplémentaires ce qui éroderait la compétitivité des produits "Made in America" vendus dans le pays.

Dans ce contexte, les actifs les moins risqués se sont distingués favorablement aujourd'hui. Le premier d'entre eux, l'once d'or, s'est appréciée de 1,32% à 1 349,17 dollars aujourd'hui. En reposant sur des actifs tangibles (un lingot, des pièces), l'or est peu sensible aux aléas macroéconomiques. Sur le marché obligataire, la recherche d'actifs sûrs s'est manifestée par la baisse des taux longs allemands et français : à 0,53%, le Bund allemand termine la semaine à son plus bas niveau depuis mi-janvier.

Côté valeurs, c'est logiquement le rouge qui a également dominé. Au sein du SBF 120, une douzaine de valeurs seulement ont progressé cette semaine. C'est notamment le cas d'Ubisoft (+1,89%) débarrassé de son encombrant actionnaire Vivendi et d'Hermès (+3,14%) grâce à ses résultats 2017 record.

Du côté des baisses, Wendel (-15,61%) n'a pas profité de ses bons résultats annuels tandis qu'Altran (-14,73%) a été pénalisé suite au lancement d'une augmentation de capital de 750 millions d'euros avec une forte décote.