Bourse

Marchés

La semaine commence sous le signe de la défiance

AOF - 19 mars 2018


(AOF) - Les investisseurs ont affiché aujourd'hui leur méfiance à l'égard des actions, à deux jours du probable relèvement des taux de la Fed. Le CAC40 a perdu 1,13% à 5 222,84 points et l'EuroStoxx50 a reculé de 1,24% à 3 394,79 points. La tendance est la même aux Etats-Unis où les indices enregistrent une baisse sans nuance : le Dow Jones chute de 1,33%.

Dans des volumes limités - 2 milliards d'euros ont changé de mains contre plus de 3 milliards ces derniers jours - l'aversion pour le risque a été alimentée ce lundi par la perspective de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed). Les économistes et gérants sont unanimes pour dire que son nouveau président, Jerome Powell, annoncera mercredi un relèvement de 25 points de base de la fourchette au sein de laquelle évoluent ses taux "Fed funds", l'amenant à 1,5-1,75%.

L'attention des investisseurs va se porter sur un autres élément de la communication de la Fed : l'évolution des fameux "dots". Ce sont les projections délivrées par les membres du Comité de politique monétaire portant sur le nombre de relèvements de taux approprié pour les prochaines années. Pour l'heure, le curseur est à trois hausses pour cette année mais de récentes statistiques américaines ont ravivé la crainte que quatre relèvements puissent être décidés.

Sur cette base déjà peu favorable aux actifs risqués, la tendance s'est encore dégradée dans le courant de l'après-midi tandis que Wall Street creusait ses pertes. Les marchés américains ont été alourdis par la chute de plus de 7% de Facebook, qui a entrainé de nombreuses valeurs technologiques, suite à une polémique concernant l'utilisation sans consentement des données confidentielles de plus de 50 millions d'abonnés au réseau social.

Dans ce contexte, seules huit valeurs ont progressé au sein du CAC 40, dont Société Générale (+0,87%) qui a assuré qu'elle espérait mettre un terme à deux différends avec les autorités américaines dans les prochaines semaines.

Du côté des baisses, Nexans a chuté de 4,87% après l'annonce inattendue du départ prochain de son directeur général. Juste derrière, Klépierre a perdu 3,91% après avoir été éconduit par le britannique Hammerson qu'il se proposait de racheter pour près de 5 milliards de livres sterling.