Bourse

Sociétés

REMY COINTREAU : début d'exercice réussi

AOF - 20 juillet 2018


(AOF) - En hausse de 2,77% à 118,80 euros, Rémy Cointreau a signé la deuxième plus forte progression du SBF 120, soutenu par l'annonce d'un ralentissement moins marqué que prévu de sa croissance organique au premier trimestre de son exercice 2018/2019. Le numéro deux français des vins et spiritueux a réalisé sur la période de trois mois close fin juin un chiffre d'affaires de 241,5 millions d'euros, en croissance organique de 5,9% contre +12,8% au trimestre précédent. Les analystes attendaient une croissance moins soutenue : +5,3%.

La nette décélération de l'activité était attendue. Au quatrième trimestre de l'exercice précédent en effet, le groupe propriétaire du cognac Rémy Martin, du rhum Mount Gay ou de la liqueur Cointreau a bénéficié à plein du boom des ventes de cognac liée au calendrier du nouvel an chinois.

Très surveillé par les analystes, la branche Remy Martin (cognac) qui dégage 75% de la rentabilité du groupe, a enregistré une hausse de 11,1% de ses ventes à 163,5 millions d'euros.

Elle profite des tendances toujours très favorables en Grande Chine ainsi qu'à des croissances soutenues à Singapour, en Australie, mais également au Japon. La tendance plus modeste des zones Amériques et EMEA s'explique par un calendrier anticipé des hausses de prix sur ce début d'année fiscale.

Fort de ce début d'année, Rémy Cointreau a confirmé son objectif d'une croissance de son résultat opérationnel courant sur l'exercice 2018-19, à devises et périmètre constants.

En conférence de presse, le directeur financier, Luca Marotta s'est dit, comme le mois dernier, "en accord" avec le consensus des analystes tablant d'une croissance de ce résultat comprise entre 12% et 13%.

Concernant une éventuelle hausse des taxes à l'importation aux Etats-Unis, le directeur financier s'est dit prêt à augmenter ses prix afin de préserver ses marges.

Dans une note publiée ce matin, Jefferies a salué le début d'année robuste de Rémy Cointreau. Le broker, qui apprécie le repositionnement exclusif du groupe sur le segment du luxe, a cependant confirmé sa recommandation Conserver et son objectif de 120 euros.

Le bureau d'études reste très optimiste concernant le groupe, même s'il continue de juger le titre correctement valorisé.

Au cours actuel, ses multiples de valorisation atteignent 31,63 fois les bénéfices estimés pour 2019-2020, proches des plus élevés du luxe comme Hermès (40 fois) et très supérieurs au français Pernod Ricard (21,83 fois), observe Reuters.