Bourse

Sociétés

La valeur du jour à Paris - TECHNIPFMC et TOTAL carburent

AOF - 09 mai 2018


(AOF) - En hausse de 3,3% à 27,83 euros, TechnipFMC signe la plus forte progression du CAC 40 devant Total (+1,06% à 52,33 euros). Hors CAC 40, Vallourec (+3,66% à 5,076 euros), Maurel & Prom (+3,44% à 4,965 euros) se distinguent favorablement. Les valeurs pétrolières et parapétrolières sont soutenues par la hausse des cours du brut. Vers 10h, le baril de Brent gagne 2,74% à 76,90 dollars après avoir franchi le seuil symbolique des 77 dollars pour la première fois depuis 2014. Le baril de WTI américain grimpe, lui, de 2,71% à 70,93 dollars.

L'or noir est dopé par la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord signé avec l'Iran et cinq autres puissances mondiales le 14 juin 2015 visant à limiter le programme nucléaire iranien en échange de la levée des sanctions contre Téhéran.

Pour Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique de Saxo Bank, il s'agit de l'évènement le plus important pour le marché pétrolier depuis l'accord entre l'OPEP et la Russie en décembre 2016.

L'économiste rappelle que la levée des sanctions au début de 2016 a contribué à une augmentation d'un million de barils par jour de la production pétrolière iranienne, à 3,8 millions de barils par jour,  soit environ 4% de l'approvisionnement mondial en pétrole. Une réintroduction des sanctions pourrait conduire à abaisser d'environ 300 000 à 500 000 barils par jour la production iranienne.

Au-delà, cette décision est également perçue comme risquant d'aggraver les relations déjà tendues entre l'Iran et les alliés des États-Unis au Proche-Orient.

Les prix du pétrole continuent également de bénéficier de l'effondrement continu et massif de la production du Venezuela (selon les prévisions, la production de Caracas pourrait diminuer de l'ordre de 350 000 à 400 000 barils par jour).

Dans cet environnement incertain, le cours de l'or pourrait réagir cet après-midi à la publication des stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis.  Le consensus table sur un recul de 1,167 million de barils mais une baisse plus marquée pourrait entrainer une poursuite du rebond du marché.