Bourse

Sociétés

UBS pénalisé par une activité de gestion de fortune décevante

AOF - 23 avril 2018


(AOF) - UBS (-2,91% à 16,70 euros) a été sanctionné en raison d’une performance opérationnelle décevante, en particulier au niveau de sa principale division : Global Wealth Management qui regroupe depuis ce trimestre l’ensemble de ses activités de gestion de fortune. Comme bien souvent dans le secteur bancaire, l’annonce d’un bénéfice net supérieur au consensus s’est avérée trompeuse. Ce dernier a progressé de 19% à 1,514 milliard de francs suisses (1,27 milliard d'euros), là où le consensus Reuters s’élevait à 1,373 milliard de francs suisses.

Dans le même temps, les revenus ont augmenté de 2,2% à 7,7 milliards de francs suisses.

Les analystes préfèrent mesurer la performance de la banque au niveau de son bénéfice opérationnel ajusté avant impôts, qui a reculé de 3% à 1,87 milliard de francs suisses. Corrigé du coût des litiges, il ressort selon Barclays à 1,865 milliard contre un consensus compilé par UBS de 1,96 milliard de francs suisses

Barclays et d'autres analystes pointent du doigt, la branche de gestion de fortune, Global Wealth Management. Son bénéfice opérationnel avant impôts a bien augmenté d'un peu plus de 7% à 1,13 milliard, mais il ressort sous les anticipations des analystes de 1,2 milliard de francs suisses. Elle a par ailleurs attiré 19 milliards de francs suisses de capitaux frais.

La performance d'UBS en gestion d'actifs a aussi chagriné certains bureaux d'études, en reculant de 12% à 108 millions d'euros.

En revanche, son activité de banque d'investissement a fait mieux que prévu, son bénéfice opérationnel avant impôts progressant de près de 23% à 589 millions de francs suisses. Le consensus Bloomberg s'élevait à 463 millions de francs suisses. Elle a bénéficié de bons résultats dans le courtage actions et d'une bonne performance dans le conseil, le financement en fonds propres (ECM) et l'émission de dette (DCM) en Asie-Pacifique.

S'agissant de sa solidité financière, UBS a présenté un ratio de fonds propres en repli de 1 point à 13,1% et elle vise un ratio supérieur à 13% sur les deux prochaines années.