Bourse

Sociétés

La valeur du jour en Europe - UNILEVER cède la margarine, une activité historique

AOF - 18 décembre 2017


(AOF) - Unilever abandonne 0,19% à 4 188 pence à Londres et 0,48% à 48,43 euros à Amsterdam. Vendredi soir, le groupe anglo-néerlandais a confirmé la cession de son activité de production de margarine et pâtes à tartiner au fonds de capital-investissement KKR pour 6,825 milliards d'euros. Ce prix est conforme aux informations de presse publiées récemment. Il valorise la branche, connue pour ses marques Planta Fin et Fruit d'Or, à dix fois son Ebitda. En prenant en compte l'impôt à verser sur la transaction, Unilever devrait percevoir 6,1 milliards d'euros, indique Jefferies dans une note.

Le broker estime que cette vente aura un impact dilutif de 4% à 5% sur le bénéfice par action du groupe à long terme. A court terme, l'analyste prévoit entre 250 millions et 300 millions d'euros de coûts liés à l'opération et donc, un impact dilutif de 7% à 8% sur le bénéfice par action pour le premier exercice plein.

Jefferies estime qu'Unilever engagera des rachats d'actions afin de limiter l'impact dilutif à 2% sur le long terme.

Le courtier souligne que cette transaction était attendue par le marché, et réalisée selon les termes prévus. Le groupe avait mis cette branche en vente en avril dernier.

Jefferies note par ailleurs la portée historique de cette vente. La première usine de margarine du monde a en effet été fondée en 1872 aux Pays-Bas. Elle a ensuite fusionné avec un concurrent en 1927 pour créer la société Margarine Unie. Son mariage, en 1929, avec le fabricant de savon britannique Lever créa le groupe Unilever.

Selon Jefferies, si cette cession risque de peiner certains Néerlandais, elle démontre que la multinationale est prête à sacrifier les vaches sacrées sur l'autel de la croissance et de la rentabilité.

En février, après avoir échappé à l'OPA du géant de l'agroalimentaire Kraft Heinz, Unilever a annoncé un recentrage sur ses marques à croissance plus rapide que la margarine, comme le thé et les condiments.

La société entend également regrouper ses branches "alimentation" et "rafraîchissements" dans une même division "plus mince et plus ciblée", basée aux Pays-Bas, avec l'objectif d'atteindre une marge opérationnelle de 20 % en 2020, contre 16,4 % en 2016.