Bourse

Marchés

L’aide au développement est restée stable en 2017, selon l'OCDE

AOF - 09 avril 2018


(AOF) - Selon les premières données officielles recueillies par l'OCDE, l'aide extérieure dispensée par des donneurs publics a atteint 146,6 milliards de dollars en 2017, soit un léger recul de 0,6% en termes réels par rapport à 2016, marqué par une diminution des dépenses consacrées aux réfugiés dans les pays donneurs et par une augmentation des apports consacrés aux pays ayant le plus besoin d'aide.

Si l'on exclut le coût des réfugiés dans les pays donneurs, les apports nets d'aide publique au développement (APD) ont augmenté de 1,1 % en termes réels par rapport à 2016 (après correction de l'inflation et des fluctuations de change).

L'APD affectée à l'accueil des réfugiés par les pays donneurs a chuté de 13,6 %, pour s'établir à 14,2 milliards de dollars, sous l'effet d'une baisse des arrivées de réfugiés, en Europe principalement. Les coûts des réfugiés dans les pays donneurs ont représenté 9,7 % des apports net d'APD, contre 11 % en 2016.

L'aide bilatérale (de pays à pays) aux pays les moins avancés a augmenté de 4 % en termes réels, culminant à 26 milliards de dollars après plusieurs années de baisse. L'aide à l'Afrique en général a augmenté de 3 % pour s'établir à 29 milliards de dollars ; s'agissant spécifiquement de l'aide à l'Afrique subsaharienne, elle a progressé dans les mêmes proportions pour atteindre 25 milliards de dollars. L'aide humanitaire a augmenté de 6,1 % en termes réels, passant à 15,5 milliards de dollars.

En conséquence du léger affaissement de l'aide au développement, le montant total de l'APD provenant des membres du Comité d'aide au développement (CAD) a représenté à peine 0,31 % du revenu national brut (RNB) cumulé de ces pays, en léger retrait par rapport à 0,32% en 2016 et bien en-dessous de l'objectif de 0,7 % minimum fixé par les Nations Unies.