Bourse

Marchés

Le net repli du Nasdaq a pesé sur les actions européennes

AOF - 29 novembre 2017


(AOF) - En nette hausse l'essentiel de la séance, les marchés actions européens ont réduit leurs gains dans le sillage de la baisse marquée du Nasdaq. Le CAC 40, qui gagnait près de 1% vers 16h, a finalement clôturé sur une progression de 0,14% à 5 398,05 points. L'EuroStoxx 50 a progressé de 0,16% à 3 589,40 points. A Wall Street donc, le Nasdaq chute de 1,30%, pénalisé par des prises de bénéfices après avoir atteint un nouveau record hier.

Les principaux indices actions européens ont débuté la séance dans le vert, soutenus par la perspective d'une issue favorable sur le dossier de la réforme fiscale aux Etats-Unis. La commission budgétaire du Sénat a en effet approuvé le projet de réforme de la fiscalité de l'administration Trump, qui devrait être ainsi présenté en séance plénière plus tard dans la semaine.

Autre bonne nouvelle saluée par les investisseurs, Michel Barnier, le négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit, a évoqué un possible accord avec Londres sur les conditions financières de la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne.

Les marchés ont également bien accueilli l'annonce d'une hausse du PIB américain de 3,3% au troisième trimestre, soit son niveau le plus élevé depuis trois ans. Mais l'élan des marchés actions a été brutalement freiné en fin de journée par le repli du Nasdaq.

A la Bourse de Paris, le secteur de la grande distribution s'est distingué, soutenu comme hier par le partenariat entre Casino et le spécialiste britannique de l'e-commerce Ocado. Le groupe de Jean-Charles Naouri a gagné 3,69% après avoir progressé de 2,33% hier. Son concurrent Carrefour a grimpé de 3,31% pour occuper la première place du palmarès du CAC 40.

TechnipFMC a gagné, lui, 2,25%. Lors d'une réunion avec des analystes au Texas, le groupe franco-américain a relevé de 50 millions de dollars l'objectif des synergies de coûts liées à sa fusion. Il prévoit désormais 450 millions de dollars d'économies à fin 2019, contre 400 millions jusqu'ici.

Les valeurs technologiques en revanche ont perdu du terrain dans le sillage du Nasdaq. STMicroelectronics a chuté de plus de 7%, Capgemini de 3,85% et Atos de 2,68%. Peugeot enfin a cédé 3,94%, pénalisé par les craintes concernant les difficultés de sa filiale Opel.