Bourse

Marchés

Le retour des tensions commerciales fait rechuter les marchés

AOF - 11 juillet 2018


(AOF) - Pénalisés par le grand retour des tensions commerciales, les marchés actions européens ont clôturé en net repli aujourd'hui, mettant un terme à une série de six séances consécutives de hausse. Le CAC 40 a cédé 1,48% à 5 363,93 points tandis que l'EuroStoxx 50 a abandonné 1,34% à 3 426 points. A Wall Street aussi, l'heure est de nouveau à la prudence. Vers 17h30, le Dow Jones perdait 0,76%.

Une fois de plus, les marchés actions ont été ébranlés par les échanges de plus en plus enflammés autour des négociations commerciales. Hier soir, le secrétaire américain au commerce Robert Lighthizer a annoncé que l'administration Trump allait imposer des taxes douanières de 10% sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises supplémentaires. Washington veut ainsi répondre aux mesures de rétorsion prises par la Chine après que les Etats-Unis ont mis en place des barrières de 25% sur 34 milliards de dollars d'importations chinoises vendredi. En retour, Pékin a saisi l'OMC.

Si les nouvelles taxes instaurées par la Maison Blanche concernent moins de 0,3% du PIB mondial, elles affectent les marchés des capitaux car les investisseurs s'inquiètent de l'effet d'entraînement sur le climat des affaires et de la possibilité d'une escalade de ces "guerres commerciales".

Preuve du net regain d'aversion pour le risque, les actifs les plus sensibles à la conjoncture, comme les métaux de base ou le pétrole, sont également en nette baisse. A contrario, les actifs considérés comme refuges, à l'image des emprunts d'Etats à 10 ans américains (- 2 points à 2,857%) ou du dollar (-0,2% à 1,1722 dollar pour un euro) ont été recherchés.

A la Bourse de Paris, Carrefour (-4,9%) a accusé la plus forte baisse du CAC 40, pénalisé par Barclays qui a abaissé son objectif de cours sur le titre de 17,3 à 15,60 euros tout en réitérant sa recommandation Pondérer en ligne. Le secteur du luxe (-3,8% pour Kering, -2,75% pour Hermès, -2,5% pour LVMH) a été tiré vers le bas par les prévisions prudentes de Burberry.