Bourse

Marchés

Les marchés européens se cherchent pour entamer la semaine

AOF - 14 mai 2018


(AOF) - Les marchés européens ont terminé à l'équilibre pour entamer cette nouvelle semaine en dépit de l'ouverture dans le vert de Wall Street. Le CAC 40 a cédé un symbolique 0,02% à 5 540,68 points et l'EuroStoxx 50 a grappillé 0,01% à 3 565,79 points. Aux Etats-Unis, le Dow Jones s'apprécie de 0,56% en fin d'après-midi après s'être adjugé plus de 2% la semaine dernière.

Alors que les agendas macroéconomiques et des publications d'entreprises ont été peu fournis aujourd'hui, les investisseurs ont saisi les moindres opportunités pour prendre une partie de leurs bénéfices. A l'image du CAC 40 parisien, qui a clôturé jeudi dernier à un nouveau plus haut pour cette année de 5 545,95 points, les indices actions européens sont dans une dynamique très positive depuis fin mars.

Dans ce contexte, la prévision de la Banque de France selon laquelle l'économie française croitra de 0,3% au deuxième trimestre a pesé. L'expansion se stabiliserait par rapport au premier trimestre, selon l'institution, mais serait en net ralentissement par rapport aux trois derniers mois de 2017 (+0,7%). Ce chiffre a alimenté une certaine prudence des investisseurs alors que Destatis et Eurostat dévoileront demain leur estimation de la croissance du premier trimestre en Allemagne et en zone euro.

En dépit de ces chiffres peu enthousiasmants, l'euro a légèrement rebondi, restant toutefois inférieur à 1,20 dollar. Cela a également été pris comme prétexte pour ne prendre aucun risque. La monnaie unique a notamment profité des déclarations du gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

Membre du Conseil des gouverneurs de la BCE, il a indiqué que cette institution pourra apporter des précisions - sans dire quand - concernant le calendrier de son premier relèvement de taux. Le dernier communiqué de la BCE disait que ses taux resteront à leur niveau actuel "bien au-delà de l'horizon fixé pour les achats nets d'actifs". Ce matin, François Villeroy de Galhau a clairement indiqué que cette expression signifie "au moins quelques trimestres mais pas des années".

Pour l'heure, les observateurs estiment qu'un premier relèvement de taux pourrait survenir en fin de premier semestre 2019 ou en deuxième partie d'année. Quant au programme de rachats d'actifs, le consensus table sur une extinction totale d'ici la fin de l'année.

Enfin, du côté des valeurs, Airbus (-2,38%) a surpris les investisseurs en annonçant le départ, effectif en 2019, de son directeur financier. Le titre de l'avionneur a signé la plus forte baisse du CAC 40. En revanche, Sanofi (+1,04%) a été recherché après avoir mené à bien sa prise de contrôle d'Ablynx : le groupe français en détient désormais 95,60%.