Bourse

Sociétés

SOCIETE GENERALE et BNP PARIBAS pénalisées par des activités de marché décevantes

AOF - 04 mai 2018

(AOF) - La saison des résultats des banques françaises démarre mal : Société Générale et BNP Paribas sont sanctionnées en Bourse en raison des performances décevantes de leurs activités de marché. Plus forte baisse de l’indice CAC 40, la première a chuté de 5,17% à 42,58 euros, immédiatement suivie par la seconde qui a reculé de 1,15% à 62,67 euros. La déception est d’autant plus grande que certains analystes jugeaient que les deux banques pourraient réserver une bonne surprise grâce, précisément, à leurs métiers de marché.

Sur les trois premiers mois de l'année, Société Générale a enregistré une chute de 31,1% (-27% hors effets de change) des revenus tirés du courtage sur les Taux, crédit, changes et matières premières (FICC) à 535 millions d'euros. Un montant bien inférieur au consensus qui s'élevait à 701 millions d'euros. Les revenus du métier Actions et Prime Services ont reculé de 10,7% (-5% hors impact des changes), à 659 millions d'euros, ressortant là encore sous les attentes : 737 millions d'euros.

Une performance également décevante comparée aux banques américaines, dont les revenus FICC ont baissé de seulement 1% tandis que ceux des actions ont augmenté de 32%.

BNP Paribas souffre aussi sur les actions mais moins que Société Générale


La déception pour BNP Paribas est également logée au niveau du FICC, dont le produit net bancaire a chuté de 31,4% à 804 millions d'euros. Elle a en revanche dévoilé une progression de 19,4% à 692 millions d'euros des revenus actions, faisant ainsi nettement mieux que Société Générale, dont il s'agit pourtant d'une franchise phare. D'où le traitement plus dur qui est réservé à la banque de la Défense en Bourse.

Conséquence de la mauvaise performance de ses activités de marché, Société Générale a présenté un résultat net part du groupe inférieur de 2% aux attentes du marché à 850 millions d'euros. Il a cependant progressé de 13,8% grâce à une chute de 66,8% du coût du risque à 208 millions d'euros. Les revenus du groupe ont reculé de 2,8% à 6,29 milliards.

De son côté, BNP Paribas a dévoilé un résultat net part du groupe en repli de 17,3% à 1,567 milliard d'euros. Sa baisse se limite à 3,8% hors exceptionnels et application de la norme comptable IFRIC 211, qui obligent les banques à enregistrer au premier trimestre les taxes et contributions pour l'ensemble de l'année. Les revenus de BNP Paribas ont baissé de 4,4% à 10,798 milliards d'euros, mais ils avaient été dopés un an plus tôt par une plus-value de cession de titres de Shinhan de 148 millions d'euros.