Bourse

Marchés

L'euro pèse sur les marchés actions européens

AOF - 30 novembre 2017


(AOF) - En hausse l'essentiel de la séance, les marchés actions européens ont finalement basculé dans le rouge dans le sillage de l'appréciation de l'euro. Le CAC 40, qui gagnait 0,5% à la mi-séance, a finalement clôturé sur une baisse de 0,47% à 5 372,79 points. L'EuroStoxx 50 a reculé de 0,22% à 3 581,99 points. A Wall Street, le Nasdaq (+0,72% vers 17h30) se reprend après sa baisse d'hier tandis que le Dow Jones (+0,77%) a franchi pour la première fois de son histoire les 24 000 points.

Les investisseurs ont bien réagi ce matin à l'annonce d'une inflation inférieure aux attentes dans la zone euro (+1,5% en novembre contre un consensus de +1,6%). Cet indicateur conforte la stratégie de la BCE de réduire de façon très progressive son programme de rachats d'actifs.

En revanche, les marchés actions ont réduit leurs gains, puis finalement basculé dans le rouge, avec l'accélération de la hausse de l'euro face au dollar. Le billet vert a pâti d'un regain d'inquiétude concernant le projet de réforme fiscale de Donald Trump après qu'une sénatrice républicaine a déclaré dans la presse qu'elle ne voterait pas pour ce projet. Elle rejoindrait ainsi d'autres élus du parti du président, qui ont déjà fait part de leurs réticences sur ce projet qui risque de creuser le déficit budgétaire américain. Dès lors, le vote de la réforme pourrait être compromis. Vers 17h30, la devise européenne affichait un gain de 0,5% à 1,1908 dollar.

Dans cet environnement prudent, la décision de l'Opep de prolonger jusqu'à la fin de 2018 l'accord de réduction de la production mondiale de brut n'a pas été suffisante pour soutenir les indices actions. Les économistes s'attendaient en effet à cette annonce. Pour preuve, sur le marché pétrolier, le baril de WTI américain ne gagne que 0,7% à 57,72 dollars après avoir reculé de 1,2% hier.

Du coté des valeurs, STMicroelectronics a rebondi après son plongeon de plus de 7% d'hier et termine en tête du CAC 40 avec une hausse de 2,12% à 19,245 euros. A l'autre bout du classement, Société Générale (-1,36%) a pâti de la baisse des rendements obligataires français et allemand.