Bourse

Marchés

Morning meeting AOF France / Europe - Des investisseurs toujours fébriles

AOF - 12 avril 2018


(AOF) - Les marchés européens devraient ouvrir en légère baisse, s'inscrivant dans la tendance baissière qui s'est confirmée à Wall Street en fin de séance. Les inquiétudes sur une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine de la semaine dernière ont été remplacées par le regain de tension entre Washington et Moscou sur la Syrie. A Paris, Sodexo a dévoilé des résultats semestriels sans surprise, conformes à l'avertissement lancé le 29 mars. Le secteur pétrolier pourrait être bien orienté alors que les tensions au Moyen-Orient ont poussé les cours du brut à un plus haut de plus de 3 ans.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

SODEXO
Sodexo a dévoilé des résultats semestriels sans surprise, conformes à l'avertissement lancé le 29 mars. Son bénéfice net part du groupe a progressé de 6,9% (+13,9% à changes constants), à 372 millions d'euros. Son résultat d'exploitation a chuté de 15% (-7,4% à changes constants) pour atteindre 627 millions d'euros. Sur la base d'un chiffre d'affaires de 10,29 milliards d'euros, la marge d'exploitation semestrielle de Sodexo est ressortie à 6,1% (-70 points de base à changes constants).

CARREFOUR
Carrefour a réalisé au premier trimestre 2018 un chiffre d’affaires de 20,78 milliards d’euros, en croissance de 2,6% à changes constants et +0,4% en comparable. L’activité du distributeur français se répartie entre la France (9,49 milliards d’euros, -0,1% à magasins comparables) et les autres pays (11,29 milliards, +0,7% à MC). Parmi ces derniers, le chiffre d’affaires de l’Europe ( 5,54 milliards d’euros, -0,8% à magasins comparables) et de l’Amérique Latine (3,98 milliards, +4,5% à MC) et l’Asie (1,77 milliard,-3,9% à MC).

CAPGEMINI
Capgemini remporte un contrat de 79 millions de dollars d'une durée de quatre ans avec le Department of Information Resources (DIR) du Texas. L'objectif du DIR est d'élargir l'adoption des technologies émergentes aux organismes publics et administrations locales et municipales ainsi qu'aux établissements d'enseignement supérieur de l'Etat. Depuis 2012, Capgemini travaille avec le DIR en tant que " Multi-sourcing Services Integrator " (MSI) afin de standardiser ses processus d'infrastructure, ses opérations IT et la gestion des prestataires de services de son programme " Data Center Services ".

MERSEN
Mersen a conclu un accord en vue d’acquérir une participation de 49% dans Caly Technologies, une start-up lyonnaise spécialisée dans la conception de composants semi-conducteurs à base de carbure de silicium (SiC), associée à une forte expertise dans les fonctions de protection électrique. Le montant de cette opération n’est pas significatif pour Mersen.

Les chiffres macroéconomiques

Les investisseurs attendent l'inflation de mars à 8h45 et la production industrielle de février en zone euro à 11h00.

Aux Etats-Unis, les prix des importations de mars seront attendus à 14h30, en même temps que les inscriptions hebdomadaires au chômage.

Ce matin, l'euro s'effrite de 0,02% à 1,2365 dollar.

Hier à Paris


En légère baisse ce matin, les marchés européens ont définitivement pris le chemin de la baisse après un tweet du président américain annonçant « l’arrivée » de missiles en Syrie. La montée de la tension entre les Etats-Unis et la Russie a poussé les investisseurs à limiter les prises de risque et à opérer des dégagements sur les sociétés exposées à la Russie, comme Renault. L’indice CAC 40 a clôturé en retrait de 0,56% à 5 277,94 points tandis que l’EuroStoxx a perdu 0,55% à 3419,71 points.

Hier à Wall Street


La géopolitique a fait un retour fracassant au premier rang des préoccupations des investisseurs hier. Le Dow Jones a perdu 0,90% à 24 189,45 points et le S&P a cédé 0,55% à 2 642,19 points par crainte d'une escalade militaire en Syrie. Alors que les grandes puissances occidentales menacent Damas de frappes, Moscou a assuré que tout missile visant la Syrie serait détruit. Trump a répondu que les missiles "arrivent". Par ailleurs, les minutes de la Fed ont montré que les gouverneurs réfléchissent sérieusement à un durcissement de leur communication autour de la normalisation monétaire.