Bourse

Marchés

Morning meeting AOF France / Europe - La hausse devrait se prolonger

AOF - 15 février 2018


(AOF) - Les marchés actions européens devraient prolonger leur hausse dans le sillage de Wall Street et de la Bourse japonaise (+1,47% pour le Nikkei à la clôture). Les investisseurs font fi de l'inflation aux Etats-Unis et semblent attendre sans inquiétude une accélération de la normalisation des politiques monétaires des banques centrales La séance va être rythmée par une salve d'indicateurs économiques américains. Ces derniers devraient confirmer la bonne santé de la première économie du monde. Les investisseurs doivent également digérer une batterie de résultats d'entreprises de premier plan.

L'analyse technique du CAC 40

Du point de vue de l'analyse graphique, le bureau d'études DayByDay observe la formation d'une bougie blanche avec de longues mèches, haute et basse. La volatilité de la séance a été importante, traduisant une bataille farouche entre acheteurs et vendeurs, dans des volumes élevés à 4.77 milliards d'euros. Mais, au final, la résistance à 5165 points n'a pas été franchie en clôture. La consolidation reste donc limitée pour l'instant.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

ADP
ADP vient de publier ses données de trafic pour le mois de janvier 2018. Ainsi, sur la période, le trafic de Paris Aéroport est en hausse de 4,5 % par rapport au mois de janvier 2017 avec 7,6 millions de passagers accueillis, dont 5,2 millions à Paris-Charles de Gaulle (+ 4,9 %) et 2,4 millions à Paris-Orly (+ 3,8 %). Dans le détail, le trafic international (hors Europe) est en progression (+ 5,1 %) du fait d'une croissance sur les faisceaux suivants : DOM-COM (+ 10,8 %), Afrique (+ 8,4 %), Moyen-Orient (+ 6,3 %), Amérique du Nord (+ 3,5 %) et Asie-Pacifique (+ 0,4 %).

BASTIDE
Le groupe Bastide a réalisé un chiffre d'affaires au deuxième trimestre de 71,9 millions d'euros, en hausse de 29,2%, dont +4,9% en organique conforme aux attentes du groupe. Cette progression porte le chiffre d'affaires semestriel à 133,7 millions (+25,6%, dont +5,1% en organique). Les activités " Respiratoire " et " Nutrition-Perfusion-Stomathérapie " représentent près de 42% du chiffre d'affaires, à comparer à 33% sur le premier semestre de l'exercice précédent, confirmant l'orientation stratégique vers des prestations de services à plus forte valeur ajoutée.
 
MERCIALYS
Mercialys vient de dévoiler ses résultats au titre de son exercice 2017. Le spécialiste des centres commerciaux a enregistré une hausse des loyers facturés de 2,6% à périmètre constant hors indexation, supérieur à l'objectif de +2%. Mercialys a également fait état d'une progression de 6,1% du résultat des opérations (FFO) retraité des cessions réalisées en 2017, le FFO ressortant en baisse limitée de -0,4% à 114 millions d'euros en intégrant ces effets de périmètre.

SCHNEIDER ELECTRIC
Schneider Electric a publié un chiffre d'affaires de 6,667 milliards d'euros au quatrième trimestre, en croissance organique de 4,6% (-0,5% en publié). Sur l'ensemble de l'année, le chiffre d'affaires du groupe a atteint 24,74 milliards d'euros, en croissance organique de 3,2% (+1,2% en donnée publiées). L'Ebita ajusté annuel de Schneider Electric est ressorti de son côté à 3,651 milliards d'euros, en croissance organique de 9,2% (+4,4% en organique) soit une marge d'Ebita de 14,8%.

Les chiffres macroéconomiques

Les marchés étaient fermés en Chine.

En zone euro, la balance commerciale de décembre est attendue à 11h.

Aux Etats-Unis, les investisseurs prendront connaissance à 14h30 de l'indice manufacturier "Empire State" de février, des inscriptions hebdomadaires au chômage, de l'indice d'activité de la Fed de Philadelphie "Philly Fed" pour février et de l'indice des prix à la production de janvier.

L'indice de la production industrielle pour décembre est attendu à 15h15 tandis que l'indice NAHB de la confiance des promoteurs immobiliers en février sortira à 16h.

Vers 8h25, l'euro cote 1,2482 dollar, en hausse de 0,22%.

Hier à Paris


Les marchés européens ont rebondi en dépit d’une inflation américaine légèrement plus forte que prévu en janvier. Depuis l’annonce le 2 février d’une hausse plus élevée qu’attendu des salaires américains en janvier, les investisseurs s’inquiètent des tensions inflationnistes qui pousseraient la Fed à être plus agressive. La baisse inattendue de la consommation aux USA rend cependant moins plausible le scénario d'une économie en surchauffe. Le CAC 40 a gagné 1,10% à 5 165,26 points et l’EuroStoxx50 a progressé de 0,86% à 3 369,79 points.

Hier à Wall Street


La secousse que tout le monde attendait en cas d'inflation US plus forte que prévu n'a pas eu lieu. Pourtant, cette dernière est bien ressortie au-dessus des attentes, à 2,1% sur un an contre un consensus de 1,9%, entrainant un regain de tension sur les taux. Mais les actions ont plus que résisté puisque Wall Street a enchainé sa troisième hausse d'affilée ! En fait, l'inflation a été compensée par la baisse inattendue des ventes au détail : difficile de croire à un emballement de l'économie si son principal moteur a des ratés... Le Dow Jones a gagné 1,03% à 24 893,49 pts et le S&P 1,34%.