Bourse

Sociétés

NOVARTIS s'offre la pépite française Advanced Accelerator Applications pour 3,9 milliards de dollars

AOF - 30 octobre 2017


(AOF) - Novartis a mis le prix. Pour acquérir le groupe radiopharmaceutique français Advanced Accelerator Applications (AAA), le suisse a déboursé 3,9 milliards de dollars, un montant significatif pour un groupe qui a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 109,3 millions d'euros. Mais AAA, coté au Nasdaq, a de l'avenir. En septembre, le Lutathera, son produit de médecine nucléaire moléculaire (MNM) pour le traitement des tumeurs neuroendocrines a été approuvé en Europe. AAA attend désormais le feu vert de la FDA aux Etats-Unis alors qu'il existe un vide thérapeutique dans ce domaine médical.

Fondé en 2002, le groupe a son siège à Saint-Genis- Pouilly dans l'Ain. A ce jour, AAA compte 21 sites de production et de R&D et emploie plus de 500 salariés répartis dans 13 pays (France, Italie, Royaume-Uni, Allemagne, Suisse, Espagne, Pologne, Portugal, Pays-Bas, Belgique, Israël, Etats- Unis et Canada).

Avec cette acquisition, Novartis renforce son portefeuille d'oncologie où les perspectives sont considérées comme parmi les plus prometteuses.

Le groupe suisse va offrir 41 dollars par action ordinaire et 82 dollars par certificat de dépôt (ADS, American depositary share), soit une prime de 47% par rapport au cours de Bourse d'AAA avant les premières informations Bloomberg du 27 septembre évoquant l'intérêt supposé de Novartis.

A Zurich, Novartis gagne 0,80% à 81,70 francs suisses tandis qu'AAA gagne plus de 10% à 80,51 dollars avoir clôturé vendredi dernier sur un gain de 5,68%. Depuis le début de l'année, AAA a bondi de plus de 200%.

UBS a confirmé son opinion Neutre et son objectif de cours de 78 francs suisses sur Novartis dans le sillage de cette annonce. Le broker estime que le prix de l'opération témoigne des perspectives du Lutathera d'AAA, un nouveau traitement utilisé dans le traitement des tumeurs neuroendocriniennes gastro-entéro-pancréatiques. Le bureau d'études souligne que ce nouveau médicament bénéficie de barrières à l'entrée élevées face aux génériques en raison de l'utilisation dans la formule du lutécium, un métal de la famille des terres rares.