Bourse

Sociétés

RENAULT : pas de fusion avec Nissan à court terme, les investisseurs refroidis

AOF - 23 mai 2018


(AOF) - C'est peu dire que le marché n'a pas apprécié les propos de Carlos Ghosn, le PDG du groupe Renault. Ainsi, le titre du constructeur automobile a chuté de 536% à 86,95 euros, signant au passage la plus forte baisse du CAC 40. Le dirigeant a estimé qu'une potentielle fusion entre Renault et Nissan n'était pas « un sujet pour le court terme », à l'occasion du sommet " Sooner than you think " sur les technologies, organisé par Bloomberg. Des propos rapportés par Reuters.

 

A la question de savoir si 2018 ou 2019 verra la naissance d'un Renault-Nissan fusionné et coté sur une seule place financière, le PDG a répondu: " Non, je ne pense pas que vous allez voir cela cette année ou la prochaine. "

" Comment maintenir la durabilité du système (de l'alliance), l'intégration de toutes ces entreprises, avec les fortes identités, et en même temps (avoir) un système qui ne préoccupe pas certains actionnaires, qui se disent que ça va s'arrêter quand (...) les fondateurs ou les leaders actuels seront partis, est une question fondamentale ", a ajouté Carlos Ghosn, selon Reuters.

Avant d'ajouter : " je ne pense pas que cela va être réglé en un an, je ne pense pas que c'est un sujet pour le court terme, mais c'est quelque chose sur lequel nous devons apporter une solution. "

Ces déclarations s'inscrivent dans un contexte où les rumeurs concernant une modification de l'alliance se font de plus en plus lancinantes.

Début mars déjà, Reuters avançait que Renault et Nissan avaient engagé des discussions pouvant déboucher sur le rachat par le constructeur japonais de l'essentiel de la part de 15% détenue par l'Etat français dans le capital de Renault. Les deux partenaires avaient alors répliqué que l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ne prévoyait pas de modifier les ratios de participations croisées de ses composantes. Le titre Renault avait pourtant bondi en Bourse.

Par ailleurs, Carlos Ghosn a profité du sommet pour indiquer que Renault-Nissan-Mitsubishi devrait franchir cette année la barre des 11 millions de véhicules vendus à travers le monde. En 2017, les ventes cumulées de l'alliance avaient augmenté de 6,5 %, pour atteindre 10,61 millions d'unités.