Bourse

Sociétés

SOCIETE GENERALE : nouvelles fermetures d'agences en France et optimisme à l'international

AOF - 28 novembre 2017


(AOF) - Société Générale a gagné 0,3% à 43,03 euros après la présentation d’un plan stratégique ambitieux sur les revenus et rigoureux sur les coûts. La banque anticipe une progression annuelle moyenne de ses revenus d'au moins 3% entre 2016 et 2020, soit 3,6 milliards d'euros de produit net bancaire supplémentaire. Ce dernier atteindrait alors 28,2 milliards selon les estimations d'UBS, soit un milliard de plus que le consensus.

Société Générale compte sur ses activités de banque de détail à l'international (Europe centrale, Russie, Afrique...) et les services financiers (ALD, leasing...) pour tirer la croissance. Ces deux activités devraient connaitre une hausse moyenne de 5,5% de leurs revenus sur les trois prochaines années.

Cette progression de l'activité serait inférieure à celle de ses coûts : ces derniers devraient croitre de 1,2% en moyenne par an. Ils devraient être inférieurs ou égaux à 17,8 milliards d'euros d'ici 2020, un niveau conforme aux attentes des investisseurs et en augmentation d'un milliard par rapport à 2016. Les coûts bénéficieront de la mise en place d'un nouveau plan d'économies de 1,1 milliard d'euros à horizon 2020.

Société Générale va ainsi accélérer la restructuration de sa banque de détail en France en fermant 300 agences supplémentaires, leur nombre devant tomber à 1 700 en 2020. Cette réorganisation pourrait conduire à environ 900 nouvelles suppressions de postes, venant s'ajouter aux 2 550 déjà annoncées début 2016. Elle conduira à la comptabilisation d'une charge exceptionnelle de 400 millions d'euros au quatrième trimestre.

L'augmentation moyenne des coûts, inférieure à celle des revenus, se traduira par une hausse de la rentabilité. La banque vise une rentabilité des fonds propres de 10% en 2020, à comparer avec 9% sur les 9 premiers mois de 2017.

Le taux de distribution a, lui, été maintenu à 50%, mais Société Générale a fixé un dividende plancher de 2,20 euros, qui sera respecté dès 2017.

Au-delà de la génération organique de bénéfice qui sera alloué au versement du dividende, la banque pourrait reverser une partie du produit des cessions qu'elle prévoit à ses actionnaires. Sans donner plus de précision, Société Générale a indiqué que son recentrage portera sur l'équivalent de 5% des actifs pondérés du groupe, qui s'élevaient à 353 milliards au 30 septembre. Le capital ainsi disponible pourrait aussi être réalloué aux métiers de la banque.

S'agissant enfin de sa solidité financière, Société Générale table sur un ratio de fonds propres durs d'au moins 12% dans trois ans, à comparer avec un précédent objectif de 11,5% à 12% en 2018.