Bourse

Sociétés

STMICROELECTRONICS prend la tête du CAC 40 grâce à Credit Suisse

AOF - 11 janvier 2018

(AOF) - STMicroelectronics, qui avait déjà connu une année boursière 2017 faste, rééditera-t-il cet exploit en 2018 ? Le fabricant de semi-conducteurs connaît en tout cas un début d’année favorable, affichant une progression de 10,85% depuis le 1er janvier et disputant à Credit Agricole (+10,40%) la première place de l’indice CAC 40. Une position que STMicroelectronics (+2,09% à 20 euros) a occupé aujourd’hui grâce à l’influence de Credit Suisse, qui a relevé son opinion sur la valeur de Neutre à Surperformance.

L'objectif de cours passe, lui, de 19,50 euros à 24,50 euros, le broker utilisant ses estimations de résultats 2019 et non plus 2018 dans sa valorisation. Il valorise le groupe franco-italien sur la base d'un PER de 20, un niveau supérieur de 10% à celui sur lequel il se traite depuis 2012 (PER de 18). Le bureau d'études considère que cette prime est justifiée étant donné l'amélioration constatée au niveau des revenus et des marges de STMicroelectronics.

Credit Suisse s'attend à ce que le groupe enregistre une croissance robuste de ses ventes (10% en moyenne par an en 2018 et 2019) et une nouvelle expansion de sa marge opérationnelle. Cette dernière devrait passer de 12% en 2017 à 16,5% en 2019, permettant à la société d'afficher un bénéfice par action de 0,9 dollar en 2017 et de 1,45 dollar en 2019. Credit Suisse précise que ses prévisions de résultat opérationnel pour 2018 et 2019 sont supérieures de 10% au consensus.

STMicroelectronics bénéficiera de la croissance de 5% à 10% de ses trois marchés clés (automobile, capteurs et microcontrôleurs), mais aussi de la solide demande pour ses nouveaux capteurs 3D pour les images. Leur fourniture à Apple pour d'autres modèles d'iPhone que l'iPhone X pourrait représenter de 450 à 500 millions de dollars de revenus supplémentaires sur les deux prochaines années.

Le groupe technologique européen pourrait ainsi atteindre 10 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans deux ans contre 8,23 milliards attendus en 2017.