Bourse

Sociétés

SYNERGIE a jeté son dévolu sur DCS Easyware pour se diversifier dans les services informatiques

AOF - 08 juin 2018


(AOF) - Synergie (-2,13% à 48,35 euros) n'a pas profité de l'annonce d'une prise de participation majoritaire (66%) au capital de la SSII française DCS Easyware. Le titre a clôturé hier soir à son plus haut niveau depuis le 23 mai et gagne toujours plus de 10% depuis le début de l'année, ce qui justifie sans doute quelques prise de bénéfices. Mais, surtout, les investisseurs s'attendaient à cette opération de croissance externe que Synergie avait déjà largement balisée.

A l'occasion de la réunion analystes qui avait suivi la présentation de ses résultats annuels début avril, le groupe d'intérim avait éventé le sujet. Le management avait assuré être en discussions avancées avec une société du secteur des services informatiques en France, d'une taille comprise entre 40 et 50 millions d'euros. A l'arrivée, DCS Easyware permet à Synergie de se diversifier dans l'infogérance, le conseil et l'assistance technique. Elle devrait réaliser cette année un chiffre d'affaires de 50 millions d'euros. En 2017, Synergie a enregistré plus de 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Synergie ne donne d'information ni sur le prix payé pour en prendre le contrôle ni sur le niveau de rentabilité de la cible. Ce dernier est sans doute élevée par rapport aux standards du secteur, et en tout cas vraisemblablement bien supérieure aux niveaux de marge de l'intérim. "Cette opération s'inscrit dans la stratégie de nombreux acteurs du secteur de se positionner sur des services à plus forte valeur ajoutée", commente l'analyste de LCM.

Par ailleurs, l'acquisition de DCS Easyware permet à Synergie d'atténuer le caractère cyclique de son activité principale de travail temporaire. Ce secteur a tendance à être pénalisé lorsque la conjoncture économique s'améliore car les entreprises sont alors plus enclines à transformer les contrats courts en CDI. Or, dans le secteur des services informatiques, la norme est plutôt aux contrats longs.