Bourse

Marchés

Trump sème le doute sur les marchés, l'Opep rassure

AOF - 18 juin 2018


(AOF) - Début de semaine tourmenté sur les marchés actions qui ont réduit leurs pertes dans le sillage du pétrole en fin de séance. Le CAC 40 a cédé 0,93% à 5 450,48 points après avoir perdu jusqu'à 1,5% en séance. L'EuroStoxx 50 a abandonné, lui, 1,08% à 3 467 points. A Wall Street, le Dow Jones perd 0,65% à 24 926 points à l'approche de la mi-séance.

Le regain de tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine a ravivé l'aversion pour le risque des investisseurs qui fuient les actions au profit des actifs jugés moins risqués tels que les obligations d'Etat. Le rendement du Bund, qui évolue en sens inverse de son prix, recule vers 17h de 6 points de base à 0,402%. Il dépassait les 0,5% en milieu de semaine dernière. De même, l'once d'or d'échéance août grappillait 0,2% à 1 281,1 dollars à New York.

Du côté du pétrole en revanche, autre motif d'inquiétude des investisseurs, la situation s'est améliorée en fin de séance. Toujours vers 17h, le cours du Brent rebondissait de 1,6% à 74,62 dollars après avoir chuté de près de 3,3% vendredi dernier.

A quatre jours de la réunion de l'Opep, le cartel et plusieurs autres grands producteurs comme la Russie envisageraient une hausse modeste de leur production, de 300 000 à 600 000 barils par jour, a révélé Bloomberg citant des sources proches des discussions.

Cette information est bien accueillie par le marché. Vendredi dernier en effet, d'autres sources, confirmées le lendemain par la Russie, évoquaient une hausse bien plus significative, de l'ordre de 1,5 million de barils par jour.

A la Bourse de Paris, la société de services pétroliers TechnipFMC (+2%) signe la plus forte hausse du CAC 40 dans le sillage du pétrole.

A l'autre bout du spectre, Engie a chuté de 4,8%, pénalisé par les révisions programmées de trois centrales nucléaires de sa filiale Electrabel en Belgique. Elles devraient en effet se traduire par un manque à gagner d'environ 250 millions d'euros sur son Ebitda et son résultat net récurrent de cette année.

Pernod Ricard a cédé, lui, 1,9% après la dégradation de RBC de Performance en ligne avec le secteur à Sous-performance.