Bourse

Sociétés

VEOLIA/SUEZ : Berenberg refait le match

AOF - 28 juin 2018

(AOF) - Sur les marchés, l'Allemagne n'a pas perdu de son influence. Pour preuve, une étude de Berenberg consacrée au secteur de l'environnement (eau, déchets) oriente clairement l'évolution des titres de nos deux champions mondiaux Veolia et Suez. Le premier a gagné en effet 0,11% à 18,28 euros, soit l'une des trois seules hausses du CAC 40, tandis que le second a abandonné 2,05% à 11,23 euros, accusant l'une des principales contreperformances du SBF 120. Pour l'analyste, il n'y pas de match entre les deux joueurs : la victoire revient à Veolia.

Dans ce cadre, il a confirmé sa recommandation d'Achat sur le numéro un mondial du secteur tout en relevant son objectif de cours de 19,10 à 20,75 euros. A contrario, le bureau d'études a dégradé sa recommandation sur son dauphin Suez d'Achat à Conserver et abaissé son objectif de cours de 16,30 à 11,20 euros.

Berenberg n'y va pas par quatre chemins : Veolia dispose des armes pour générer une croissance de son dividende de 8% par an sur la période 2018-2023. Suez, non.

Après un début d'année trouble, marqué en janvier par un profit warning sur ses comptes 2017, Suez doit se rattraper en termes de résultats avant de pouvoir améliorer la rémunération de ses actionnaires. Or, selon le courtier, ce ne sera pas le cas avant 2023... Certes, Suez devrait continuer de verser chaque année un dividende d'ici là, mais il risque fort de rester stable à 0,65 euro par action.

Le groupe n'est pas aidé par l'impact limité de ses mesures d'économie, la pression sur ses bénéfices, des vents contraires sur les changes et des coûts significatifs liés au rachat de l'américain GE Water.

Pour Veolia en revanche, les signaux sont au vert. Au chapitre "réduction des coûts" par exemple, le groupe est parvenu à économiser plus d'1,1 milliard d'euros de 2012 à 2017 et à faire progresser son bénéfice de plus de 560 millions d'euros. De son côté, Suez a, sur la même période, réduit ses coûts de 830 millions pour un gain de seulement 62 millions sur le bénéfice.

Pour autant, Berenberg n'est pas complètement négatif sur Suez, soulignant qu'il existe des signes d'amélioration à la fois pour l'eau et les déchets. Enfin, l'acquisition de GE Water devrait soutenir les perspectives de croissance. Rendez-vous en 2023 donc.