Bourse

Sociétés

VIVENDI à son plus haut de l'année

AOF - 12 octobre 2017

(AOF) - Vivendi (+0,82% à 21,445 euros) a touché un nouveau sommet pour cette année, soutenu par un faisceau d'actualités favorables. D'abord, le groupe de médias et de divertissement a finalement décidé de procéder à un retrait d'Havas de la cote. Depuis le 04 octobre, date de clôture de son OPA simplifiée sur le groupe de communication, Vivendi en est actionnaire à 94,75%. Hier soir, il a annoncé avoir reçu une demande de rachat supplémentaire pour environ 1,6% du capital de Havas à laquelle il a décidé de donner suite.

Portant par conséquent sa participation à 96,3%, Vivendi estime que "la cotation du titre Havas ne présentera plus un niveau de flottant suffisant pour assurer la liquidité du titre". Outre le fait que le retrait de la cote va permettre au groupe d'économiser les coûts traditionnellement liés à une cotation en Bourse, le passage de Vivendi au-dessus des 95% du capital d'Havas va lui ouvrir le bénéfice du régime de l'intégration fiscale de sa filiale.

Ce dispositif permet à la seule maison-mère de payer l'impôt sur les sociétés pour l'ensemble de ses filiales détenues à plus de 95% sur la base des bénéfices et pertes cumulés de ces dernières. Avec Havas, Vivendi détiendrait désormais ses trois principales filiales en intégration globale, avec Canal+ (détenue à 100%) et Universal Music (100% également), auxquelles s'ajouterait Gameloft (100%). L'impact se fait notamment sentir dans le versement des dividendes : en intégration fiscale, ces derniers sont exonérés d'imposition au titre de l'IS.

Dernière nouvelle en date en provenance de Vivendi, cette actualité s'ajoute à un regain d'optimisme concernant la crise qui oppose le groupe français au gouvernement italien et à Mediaset. Depuis le début de la semaine, plusieurs médias se font l'écho de tractations entre Mediaset et Vivendi - contacté par AOF, le groupe s'était refusé à tout commentaire - qui pourraient déboucher sur le règlement du litige né au printemps 2016.

Vivendi suscite l'optimisme d'Oddo BHF et de Deutsche Bank


A cette date, Vivendi et Mediaset avaient noué un partenariat prévoyant la cession de Mediaset Premium au français. L'accord avait été dénoncé pendant l'été par Vivendi qui, en décembre, s'était invité au capital du groupe italien. Depuis, les deux groupes sont en conflit.

A cette dispute se sont ajoutées ces derniers mois d'autres difficultés réglementaires, toujours en Italie. Vivendi est soupçonné par la Consob, l'autorité italienne des marchés financiers, d'exercer un contrôle sur Telecom Italia, ce qu'il dément. De plus, le gouvernement italien veut éviter que le groupe français détienne des participations stratégiques à la fois sur l'opérateur Telecom Italia et sur le groupe de médias Mediaset.

Enfin, Vivendi profite du relèvement des objectifs de cours de deux bureaux d'études ce matin : Oddo BHF, passé de 22 à 25 euros, et Deutsche Bank, passé de 26 à 27 euros. Tous deux réaffirment leur confiance dans la capacité de Vivendi à redresser sa filiale Canal+ et relèvent leurs estimations concernant Universal Music, principal contributeur à la valorisation de sa maison-mère.