Actualités

Augmentation de capital

Décote : PSA ne pâtit pas de ses difficultés financières

02 mai 2014 - optionfinance.fr

Après avoir finalisé, le 28 avril, une augmentation de capital de 1,048 milliard d’euros réservée à l’Etat français et au constructeur automobile chinois Dongfeng, PSA Peugeot-Citröen a annoncé, dans la foulée, les modalités de son augmentation de capital réalisée avec maintien du droit préférentiel de souscription (DPS). Comme convenu initialement, l’opération porte sur un montant de 1,953 milliard d’euros, soit environ 30 % de la capitalisation du groupe. Près de 290 millions d’actions seront ainsi créées, au prix unitaire de 6,77 euros. Un niveau qui, de prime abord, fait ressortir une décote très élevée. En effet, le cours boursier s’était établi, la veille de l’annonce de l’opération, à 13,035 euros, ce qui traduit une décote faciale de 48 % !

Toutefois, cette dernière mérite d’être relativisée. «Dans le cadre de cette opération, chaque actionnaire de PSA s’est vu attribuer des bons de souscription d’actions (BSA), qui traitaient en moyenne à 1,54 euro le premier jour de cotation, indique Cyril Michel, responsable du marché primaire actions chez HSBC France, coordinateur global associé sur cette transaction. Il fallait donc retrancher cette somme pour obtenir un cours de référence par rapport à la veille. Puis, pour calculer la décote sur cours ex-droit, il fallait retrancher la valeur des DPS que les actionnaires allaient recevoir pour pouvoir souscrire à l’augmentation de capital.» De fait, le jour de l’annonce de cette dernière, la décote ex-droit s’élevait donc à 31 %.

Si ce niveau est légèrement supérieur à celui obtenu par Alcatel-Lucent en décembre dernier (29,3 %), il s’inscrit cependant dans les standards actuels de marché. «Actuellement, en Europe, les décotes enregistrées dans le cadre d’augmentations de capital sont comprises entre 30 % et 35 %», précise Cyril Michel. Surtout, la décote de PSA est moins importante que lors du précédent renforcement des fonds propres du groupe, en mars 2012 (32,4 %).