Actualités

Financement des entreprises

La Commission européenne donne une bouffée d’oxygène aux banques

17 octobre 2014 - optionfinance.fr

Convaincue que la reprise de la croissance dans la zone euro passera par l’investissement, et donc par une relance de la distribution de crédits bancaires, la Commission européenne veut assouplir deux ratios imposés par le comité de Bâle. Les propositions de l’exécutif européen portent d’abord sur le ratio de levier. Celui-ci correspond au rapport entre les capitaux propres durs des banques (tier one) et l’ensemble de leurs actifs. Dans le but d’empêcher une inflation des bilans bancaires, le régulateur bâlois l’a déterminé à 3 %, ce qui signifie qu’un établissement ne pourra pas engager, à partir de 2018, plus de 33 fois ses capitaux propres. Afin d’offrir aux banques davantage de marges de manœuvre, la Commission souhaite notamment leur permettre, comme c’est déjà le cas outre-Atlantique, de limiter le nombre de transactions à comptabiliser dans leurs actifs, par exemple en autorisant la compensation d’un produit de couverture vendu avec celle d’un produit acheté.

Les autres dispositions concernent le ratio de liquidité à court terme (LCR). Ce dernier impose aux établissements bancaires de disposer d’actifs de «haute qualité», jugés suffisamment liquides pour leur permettre de résister à des sorties de trésorerie qui se prolongeraient durant un mois. Alors que la liste initiale des titres éligibles était principalement composée d’obligations souveraines et de titres adossés à des prêts hypothécaires résidentiels (RMBS), la Commission suggère un élargissement de la palette à plusieurs actifs titrisés, comme ceux adossés à des crédits automobiles, à des prêts aux PME ou encore à des crédits à la consommation. Une mesure jugée essentielle par des analystes, car elle renforcera l’intérêt des banques à utiliser leurs ressources pour financer les entreprises et les ménages.