Actualités

Prêts non performants

Les banques françaises, bonnes élèves

01 décembre 2017 - optionfinance.fr

Quelques semaines après avoir émis le souhait de durcir le traitement comptable des prêts non performants (NPL) détenus par les banques européennes, la BCE a proposé la semaine dernière la création d’une plateforme privée sur laquelle des investisseurs pourraient racheter ce type de créances. Pour le secteur bancaire, leur éradication des bilans reste un enjeu de taille. Mi-2017, le montant de cette catégorie d’actifs s’élevait encore à 893 milliards d’euros, d’après les dernières statistiques de l’Autorité bancaire européenne, soit 4,5 % du total des actifs. Même si ce stock s’inscrit en recul par rapport à la fin 2016 (1 000,5 milliards d’euros), le régulateur constate que la part des NPL dépasse toujours le seuil de 10 % des créances totales dans un tiers des Etats membres de l’Union européenne.

Sur ce plan, les banques françaises font partie des élèves les plus vertueux, selon une note publiée par S&P Global Market Intelligence. D’abord, les principaux groupes hexagonaux ont vu ce ratio diminuer lors du premier semestre. En outre, à l’exception de la Société Générale (4,72 %), ils affichaient un taux de NLP inférieur à la moyenne européenne : 4,04 % pour BNP Paribas, 3,21 % pour BPCE, 3,16 % pour le groupe Crédit Agricole et 3,01 % pour le groupe Crédit Mutuel.