Actualités

Droit de vote

Candriam dévoile sa politique pour 2014

29 mai 2015 - optionfinance.fr

Les gestionnaires d’actifs exercent de plus en plus leur droit de vote et certains communiquent désormais les orientations qu’ils ont prises lors des assemblées générales. C’est le cas de Candriam Investors Group, 89,2 milliards d’euros sous gestion à fin mars 2015, qui vient de publier son rapport 2014 sur l’exercice de ses droits de vote. La société de gestion, qui a mis en place une politique de vote active depuis 2003, a ainsi participé à 2 224 votes pour 123 assemblées, principalement au Royaume-Uni, en France et en Allemagne, l’an dernier. Sur l’ensemble de ces votes, 422 résolutions (19 %) ont été considérées comme discutables et, pour 306 d’entre elles, Candriam a décidé de voter contre.

L’ex-Dexia-AM, filiale désormais de New York Life Investments, a principalement contesté des résolutions portant sur la rémunération des cadres, à cause d’un manque de transparence sur leur package ou encore compte tenu de leur caractère excessif. Le gestionnaire s’est également opposé à l’élection d’administrateurs non indépendants et non exécutifs ainsi qu’à la loi Florange en France. Celle-ci, qui doit entrer en vigueur en 2016, vise à accorder un droit de vote double aux actionnaires depuis deux ans au capital, mais Candriam, comme l’ensemble des gestionnaires d’actifs, reste attaché au principe d’un vote pour une action.

En parallèle, la société de gestion a publié son rapport sur ses activités de dialogue avec les entreprises en 2014. Candriam s’est à ce titre engagé auprès de 60 sociétés dans le cadre de problématiques ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance). La société de gestion a notamment suivi de près les problèmes de corruption dans la construction, en entamant un dialogue avec les entreprises de ce secteur.