Actualités

Marchés émergents

Du potentiel dans le monde arabe ?

10 juillet 2015 - optionfinance.fr

Le 15 juin dernier, les marchés boursiers du monde arabe ont connu un événement majeur : les investisseurs institutionnels étrangers (avec un minimum de 5 milliards de dollars d’actifs gérés) ont été autorisés, sous certaines conditions, à investir dans la Bourse saoudienne. «Cette ouverture, en discussion depuis de longs mois, a été instaurée par le Royaume qui souhaite professionnaliser et rendre plus efficient son marché boursier, qui est aujourd’hui traité à 90 % en direct par des particuliers», explique Sébastien Henin, responsable de la gestion d’actifs du groupe financier des Emirats arabes unis, The National Investor. L’Arabie saoudite pourrait par la même occasion réduire sa dépendance financière au pétrole.

L’indice du pays, le Tadawul, n’a pas, pour autant, connu depuis un rebond spectaculaire puisqu’il a perdu 6 % en trois semaines (chiffre à début juillet) et enregistre une baisse de 2,5 % sur un an glissant. Pourtant, les sociétés saoudiennes cotées pourraient offrir de nouvelles perspectives aux investisseurs. «Avec une capitalisation boursière de 550 milliards de dollars et un volume quotidien échangé de plus de 2,3 milliards de dollars, la Bourse saoudienne figure comme le plus grand marché boursier des pays du Golfe, devançant même celui des Emirats arabes unis, et surtout le plus liquide», ajoute Sébastien Henin.

Peu corrélé aux autres pays émergents, l’indice est aussi relativement bien diversifié d’un point de vue sectoriel (37,2 % de financières, 28 % matériaux, 10,9 % consommation…). Compte tenu de ses fondamentaux et du potentiel de son économie tirée par une population jeune et active, les professionnels de la région espèrent l’intégration de l’Arabie saoudite dans les indices globaux dans les deux à trois prochaines années.