Actualités

Etude

La pression des investisseurs favorise les bonnes pratiques ESG

22 novembre 2017 - fundsmagazine.fr

HSBC a dévoilé les résultats d’une étude sur le comportement des entreprises et des investisseurs à l’égard de la finance durable. Elle a été réalisée par le bureau d’études East & Partners auprès des trésoriers de groupe et des directeurs financiers de 507 entreprises du monde entier.
Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, les entreprises se sont concentrées jusqu’à présent sur la réduction de leurs émissions de CO2, en améliorant leur efficacité énergétique propre et en déployant des processus opérationnels plus durables. Désormais, les investisseurs affichent également une forte appétence pour les investissements liés au climat et à l’impact sociétal.
L’étude révèle également que les investisseurs institutionnels demandent aux entreprises d’informer davantage sur les risques liés au réchauffement climatique. Les entreprises répondent à ces demandes, mais pas assez vite pour plus d’un investisseur sur deux (56 %), qui décrivent le niveau de transparence actuel comme «très insuffisant». C’est encore une fois en Europe que les attentes sont le plus importantes (pour 76 % des investisseurs), suivie par le continent américain (66 %), l’Asie (50 %) et enfin le Moyen-Orient (30 %). Pourtant, l’attrait des investisseurs pour l’investissement durable ne cesse de croître : plus ds deux tiers des investisseurs (68 %) dans le monde ont l’intention d’augmenter leurs investissements verts pour accélérer la transition énergétique.
Les entreprises sont encouragées par la valorisation de leur projet sur les marchés financiers (70 %). La pression des investisseurs (68 %) et les avantages fiscaux (58 %) sont aussi des puissants moteurs pour augmenter leur niveau de transparence.
Enfin, d’après l’étude d’HSBC, on recense aujourd’hui 221 milliards de dollars de green bonds labellisés, et 25 % des obligations dans le monde sont directement en faveur du climat (dont plus de 60 milliards USD provenant de nouveaux émetteurs). La France est le troisième pays émetteur de Green Bonds dans le monde, derrière les Etats Unis et la Chine et devant l’Allemagne.