Actualités

Prévoyance

L’avenir préoccupe de plus en plus les Français

22 novembre 2016 - fundsmagazine.fr

Après avoir interrogé plus de 12 000 personnes dans douze pays dans le monde, cette seconde édition de l’étude mondiale d’HSBC «Power of Protection – Les grands événements de la vie» met en évidence la montée généralisée du sentiment d’incertitude dans l’avenir au niveau mondial. Si au niveau mondial une majorité d’individus estime avoir plus d’opportunités d’épanouissement dans la vie en comparaison de leurs aînés – ils sont 60 % dans le monde à avoir cette conviction –, une majorité également, 51 %, considère qu’elle doit prendre plus de risques financiers par rapport à la génération précédente.
Une majorité encore, 56 %, estime que les générations qui leur succèdent auront également plus de choix possibles de vie, les progrès scientifiques et technologiques impactant positivement leur qualité de vie. Mais ils sont 56 % à considérer que les générations suivantes auront dans le même temps à faire face à un futur plus incertain, et 58 % estiment que leurs cadets connaîtront une pression financière plus forte. Le rapport pointe de grandes différences en fonction des pays. C’est ainsi que l’on retrouve la France et la Chine aux extrêmes. Ce sont les Français qui apparaissent les plus pessimistes : 69 % d’entre eux sont en effet convaincus que leur futur est plus incertain que celui de leurs aînés. A l’autre bout du spectre, 39 % des Chinois seulement estiment que leur futur est plus incertain, et 64 % estiment que leur vie est plus épanouissante que celle de leurs parents.
Parmi les événements de la vie privée, ce sont la maladie grave ou l’accident qui sont considérés comme impactant le plus négativement la situation financière des individus ; 78 % des personnes interrogées dans le monde estiment qu’une maladie grave a eu un impact négatif, suivie de très près par l’accident qui recueille 76 % des suffrages. Le divorce ou la séparation arrivent en troisième position avec 75 % des personnes interrogées qui considèrent que cela a eu un impact négatif sur leur situation financière individuelle. En France, le divorce ou la séparation sont, pour 81 % des personnes interrogées, les aléas qui ont eu l’effet le plus négatif sur leur capacité financière. Parmi les événements de la vie professionnelle, c’est le licenciement qui est considéré par 85 % des individus dans le monde comme ayant l’impact financier le plus négatif. Cette perception est exacerbée chez les Français, 94 % d’entre eux considérant le chômage comme l’événement le plus impactant financièrement.
S’agissant de la retraite, les Français sont là encore les plus pessimistes : 75 % d’entre eux estimant qu’elle a eu une incidence financière défavorable, 54 % des individus dans le monde seulement partageant cette même opinion. Face à un événement venant impacter significativement leur situation financière, ce sont les Français qui sont prêts à réduire drastiquement leurs dépenses, soit modifier leur train de vie à 64 % contre une moyenne globale se situant à 52 %. Ce sont encore les Français qui procéderont le plus à un réarbitrage de leurs dépenses avec un taux à 61 % contre une moyenne globale à 48 %.
En revanche, contrairement à leurs homologues au niveau mondial, ils n’auront pas le réflexe de souscrire un nouveau produit de prévoyance : ils ne sont que 18 % contre une moyenne mondiale se situant à 22 %, et seuls 8 % augmenteront le niveau de leur couverture contre 13 % dans le monde.