Actualités

Placements

Les épargnants français sont prêts à investir en Bourse…

28 février 2018 - fundsmagazine.fr

Pour la première fois depuis la crise financière, l’AMF a constaté en 2017 un certain rebond du taux de détention des actions. Peut-on pour autant en déduire que les comportements d’épargne sont en train d’évoluer dans un contexte de faibles rendements de l’épargne garantie ? Les performances des marchés actions ont été bonnes l’an dernier, mais l’évolution des comportements résistera-t-elle à la correction de ce début d’année ? Le Baromètre annuel de l’épargne et de l’investissement lancé par l’AMF permettra de le vérifier. Ce nouvel outil permettra un suivi régulier de l’évolution des attitudes et des opinions vis-à-vis des placements financiers.
Les résultats de cette première édition montrent en tout cas que les placements en actions constituent, pour de nombreux Français, une solution intéressante. Interrogés sur leurs préférences en matière de placements, plus d’un tiers d’entre eux répondent accepter un peu de risque dans l’espoir d’avoir une meilleure rémunération. Parallèlement, 28 % des Français déclarent s’intéresser à la Bourse et 44 % pensent que les placements en actions sont les plus intéressants à long terme. Enfin, 56 % d’entre eux considèrent qu’investir en actions est une bonne idée pour diversifier leurs placements. Les épargnants les plus enclins aux placements en actions (trois Français sur dix) sont aussi plus experts, plus optimistes et plus impliqués que la moyenne des Français. Ils sont 40 % à envisager d’y souscrire au cours des douze prochains mois (18 % pour l’ensemble des Français).
Actuellement, près d’un tiers des Français se déclarent confiants pour leur situation économique et financière. Ce sont plus souvent les personnes les plus aisées financièrement et les jeunes. La situation est cependant contrastée, un tiers de la population (24 %) entretient une certaine morosité peu propice aux placements non garantis. Dans ce contexte, 18 % des Français pourraient envisager d’investir en actions en 2018. Ce sont surtout des hommes, de catégories socioprofessionnelles supérieures, âgés de 35 à 49 ans et disposant d’un patrimoine financier supérieur à 50 000 euros. Ceux qui sont très confiants pour leur situation financière sont 44 % à envisager d’investir et même 14 % à affirmer qu’ils le feront «certainement».


… mais préfèrent toujours les livrets et l’assurance vie

Toujours dans sa Lettre de l’observatoire de l’épargne publiée en février, l’AMF rappelle que l’objectif de préparation de la retraite est une préoccupation forte chez les Français disposant d’un patrimoine financier relativement important (au moins 50 000 euros). 48 % des actifs déclarent épargner pour la retraite, dont 16 % régulièrement. Parmi ceux qui épargnent régulièrement pour la retraite, on trouve 26 % des 50-64 ans. Ce sont aussi souvent les détenteurs d’assurance vie (33 % d’entre eux épargnent régulièrement pour la retraite) et d’épargne salariale (29 %).
Beaucoup de Français ont le sentiment d’être à l’aise pour discuter avec un conseiller bancaire (73 %). Ils sont également un peu plus de 1 sur 2 à se déclarer à l’aise pour lire un document d’information sur un placement (55 %) ou pour juger de l’opportunité ou non de suivre les conseils en matière de placements (52 %). En revanche, moins d’un Français sur deux (42 %) se sent à l’aise pour évaluer le niveau de risque des placements (52 %). Ils sont très peu, à peine 4 % des répondants, à déclarer avoir déjà utilisé un DICI (document d’information clé pour l’investisseur). 86 % n’en ont jamais utilisé et 10 % ne savent pas répondre à cette question. Enfin, sans surprise, lorsque les Français sont interrogés sur leur choix s’ils avaient 10 000 euros à placer, leur préférence va aux livrets d’épargne, à l’assurance vie en euro et à l’épargne logement. Ces placements sont choisis surtout pour la disponibilité des fonds et la sécurité.