Actualités

Epargne

Les Français prêts à acheter leur assurance-vie en ligne

Fundsmagazine.fr - 24 juin 2014

Le rapport de PwC sur l’assurance intitulé «Forcing the pace: The fast way to becoming a digital front-runner» révèle que les assurés à faible revenu, les «digital natives» et la génération Y font de plus en plus appel à Internet et aux réseaux sociaux pour comparer et acheter : la vente directe de contrats devrait donc constituer un secteur-clé de croissance. Selon PwC, seuls 15 % des consommateurs français interrogés ont souscrit une assurance-vie en ligne. Mais 90 % des 25-34 ans s’intéressent à ces nouveaux canaux, contre 60 % aux Etats-Unis. Selon Ronald Sloukgi, associé chez PwC : «La jeune génération ne se sent pas concernée par l’assurance-vie, qu’elle considère comme un service inabordable. Même son de cloche chez les ménages à faible revenu. Le numérique permet aux assureurs de mieux connaître ces clients potentiels, de savoir comment les aborder et d’étoffer ainsi leur marché.»

Les consommateurs français choisissent de souscrire une assurance-vie en ligne pour trois raisons principales : la disponibilité 24/24 h (60 %), la simplicité (53 %) et le rapport qualité-prix (35 %).Quand on leur demande quels ont été les principaux critères qui leur ont fait choisir leur compagnie d’assurance-vie, 42 % des personnes interrogées en France citent le prix en tête des facteurs décisifs.
Selon PwC, 55 % des consommateurs français sondés seraient prêts à permettre à leur assureur d’utiliser des données sur leur comportement afin de leur offrir des produits et des services qui profitent à leur style de vie. Pour les plus de 45 ans, ce chiffre tombe à 32 %. Enfin, 87 % des personnes interrogées aimeraient que leur assureur soit force de proposition. Le deuxième critère de choix d’une compagnie d’assurances, après le prix, est sa solidité financière (25 %), même si, pour les plus de 55 ans, ce chiffre tombe à 12 %. Le troisième critère de choix reste la relation entre le conseiller et le consommateur. En effet, plus de 22 % des personnes interrogées en France (dont 30 % des 16-24 ans) mettent en avant la force de ce critère.