Actualités

Retraite

Les Français restent peu préparés

05 janvier 2015 - funds.fr

Les Français sont des épargnants disciplinés qui, face à l’incertitude économique, continuent de privilégier les liquidités, d’autant plus qu’ils sont les plus averses au risque en Europe, comme le révèle la troisième édition de l’étude mondiale Investor Pulse de BlackRock. L’étude, menée auprès de 27 500 personnes réparties dans 20 pays, a pour but d’analyser les habitudes d’épargne, d’investissement et de planification de la retraite des personnes interrogées. En France, 1 000 personnes ont été interrogées, dont 800 déclarant des avoirs supérieurs à 100 000 euros.

Les premiers résultats montrent que les Français allouent 56 % de leurs placements aux liquidités (comptes courants, livrets rémunérés…), alors qu’ils estiment la proportion idéale à 25 %. Paradoxalement, 34 % des personnes détenant des produits d’épargne monétaires déclarent vouloir renforcer leur allocation sur les liquidités au cours des douze prochains mois, alors même que les taux en Europe ont atteint un nouveau plancher historique avec un taux directeur de la BCE à 0,05 %.

L’environnement économique n’a pas été sans conséquence sur le moral des Français : la majorité d’entre eux (62 %) sont pessimistes quant à leur avenir financier et 3 % seulement croient à une amélioration de l’économie. À la question sur les motifs qui les incitent à conserver autant de liquidités, leurs réponses suggèrent une volonté de flexibilité et une aversion générale au risque, avec sept personnes sur dix (72 %) ne souhaitant prendre aucun risque avec leur argent.

L’étude montre également que plus d’un tiers des Français pensent qu’on ne peut pas perdre d’argent en investissant dans les liquidités, pourcentage bien supérieur à la moyenne européenne qui est à 14 %, ce qui laisse à penser une incompréhension de l’impact de l’inflation sur leur épargne. Selon Eric Wohleber, directeur de BlackRock France, «les Français ont finalement été rationnels ces vingt dernières années, car ils ont favorisé l’assurance vie en euro. Or, c’était le placement offrant le meilleur couple rendement/risque sur cette période. Dans les pays voisins, où cette enveloppe fiscale n’existe pas, les épargnants sont habitués à plus de volatilité».

En matière de retraite, 50 % des Français interrogés déclarent qu’ils n’ont pas encore commencé à épargner et seulement 33 % d’entre eux s’estiment en mesure d’atteindre le niveau de revenu souhaité. Les Français sont conscients que l’Etat ne pourra plus les accompagner dans la retraite comme par le passé, mais ils ne se préparent pas pour autant. Le manque d’argent est la première raison donnée pour justifier le manque d’épargne en vue de la retraite. En ce sens, la France n’est pas un cas unique.