Actualités

Réglementation

Les grandes maisons de gestion devraient prendre à leur charge le coût de la recherche financière

15 septembre 2017 - optionfinance.fr

Alors que l’entrée de la directive Marché d’instruments financiers (MIFID 2) se profile, les annonces de grandes sociétés de gestion se succèdent, indiquant qu’elles vont prendre à leur charge le coût de la recherche financière. Actuellement, les frais de recherche sont souvent compris dans les commissions de courtage qui sont facturées par les brokers (courtiers) aux gérants d’actifs, qui les répercutent ensuite à leurs clients. La directive MIF 1 (entrée en application en 2007) avait déjà instauré un dégroupage entre le paiement de l’exécution et celui de la recherche, mais seulement pour les actions. MIFID 2 va l’étendre à tous les actifs et surtout introduire de nouvelles obligations en matière d’information des clients. Dans le cadre de MIF 1, les sociétés de gestion établissent en fin d’année un budget pour l’année suivante comprenant l’exécution et la recherche. Elles déterminent en parallèle la liste des brokers auxquels elles recourent pour la recherche et ceux dédiés à l’exécution. Le budget est ensuite réparti entre les deux, des recoupements étant possibles, tout comme l’utilisation des services des sociétés d’analyse financière indépendantes. Le budget dédié à la recherche peut ainsi être répercuté dans les frais de transaction prélevés aux clients, sans pour autant que ceux-ci en soient informés. Une situation à laquelle MIFID 2 veut mettre fin. Plusieurs sociétés de gestion, comme Unigestion, Vanguard, Allianz Global Investors ou encore Aberdeen Standard Investments, ont annoncé tout récemment leur intention de supporter sur leurs ressources propres le coût de la recherche financière et ainsi de ne pas la répercuter à leurs clients. Des maisons avec une taille suffisante pour posséder en interne des équipes de recherche importantes, ce qui limite donc la nécessité de recourir à de la recherche externe.