Actualités

Capital investissement

Les particuliers privilégient la préservation du capital à la performance…

Fundsmagazine.fr - 28 mai 2014

Natixis Global AM a publié les résultats de son étude annuelle menée auprès d’investisseurs particuliers au niveau mondial ayant un patrimoine net investissable égal ou supérieur à 143 000 euros. Près de 6 000 investisseurs ont été interrogés, dont 500 français. Les investisseurs internationaux sont plus optimistes cette année, 37 % déclarant que leur situation financière est meilleure qu’il y a douze mois. Cette tendance se retrouve également en France, la proportion des investisseurs estimant leur situation financière en amélioration au cours des douze derniers mois étant passée de 15 % en 2013 à 25 %. Le regain d’optimisme général se reflète également dans le recul des incertitudes sur le plan économique et politique au niveau mondial. Seuls 30 % des investisseurs français se disent préoccupés à ce sujet, contre 57 % il y a un an. La proportion des investisseurs se déclarant très préoccupés par la question de la dette européenne a chuté de 63 % à 35 %. De même, les craintes des investisseurs relatives à la situation financière de leur pays ont reculé, passant de 60 % à 26 %.

En France, 73 % des investisseurs ont déclaré qu’ils prendraient un risque d’investissement minimal, et 80 % qu’ils privilégieraient la sécurité par rapport à la performance s’ils étaient contraints de choisir. Cependant, 56 % d’entre eux déclarent que l’augmentation des actifs constitue une priorité croissante par rapport au principe de protection du capital. Au total, ils sont 76 % à se dire partagés entre la recherche de rendements et la préservation du capital. Interrogés sur la façon dont ils définissent le succès de leurs placements, les investisseurs francais sont presque cinq fois plus nombreux à citer la protection de leur capital de départ en évitant les pertes plutôt que le fait de surperformer le marché. Pour une majorité d’entre eux, le risque de ne pas remplir leurs objectifs d’investissement est plus préoccupant que le fait de ne pas battre le benchmark : 79 % seraient satisfaits d’atteindre leur objectif annuel même s’ils devaient sous-performer le marché.

… mais ils manifestent aussi un regain d’intérêt pour la Bourse

Depuis la fin de l’année 2013, les investisseurs affichent un niveau de confiance plutôt élevé dans les marchés. Parmi les sondés en Europe, ce sont les investisseurs français qui présentent la confiance la plus forte. Ainsi, les résultats de la dernière enquête Binck, menée du 2 au 5 mai 2014 auprès de 412 investisseurs, révèlent un indice de confiance dans les marchés pour les investisseurs français de 5 sur une échelle allant de - 10 à + 10. Un score qui devance celui des investisseurs italiens (4,7), néerlandais (4,4) et belges (2,5), également interrogés sur cette période. Cet optimisme français a même atteint des records en mars et avril avec un indice de 5,1.