Actualités

Epargne retraite

Les perspectives pour la retraite s’améliorent dans le monde

19 octobre 2016 - fundsmagazine.fr

Bonne nouvelle : depuis 2014, de nombreux pays ont renforcé la pérennité de leurs systèmes de retraite. C’est le principal constat de l’analyse conduite dans le cadre de l’édition 2016 de l’Allianz Pension Sustainability Index, qui couvre 54 pays. Malgré une accélération du vieillissement des populations plus rapide qu’anticipée, les réformes engagées contribuent à assurer la survie des principaux systèmes de retraite. C’est en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans le nord de l’Europe (Danemark, Suède, Pays-Bas et Norvège) que les systèmes de retraite semblent les plus pérennes sur le long terme. Les pays qui affichent la meilleure progression (gagnant plus de cinq places dans le classement, à périmètre constant) sont le Chili, la France, le Japon, la Malaisie et le Mexique. A contrario, la Croatie, l’Irlande, l’Italie, la Russie et la Suisse ont enregistré les plus fortes baisses. Pénalisées par des systèmes fragmentés et inefficaces, la Chine et la Thaïlande demeurent les plus fragiles. Par ailleurs, l’étude a été élargie en 2016 pour inclure l’Argentine, la Colombie, le Pérou et les Philippines. Dans ces pays où l’économie parallèle reste importante, la couverture des différents systèmes de retraite est relativement limitée, et le risque de pauvreté menace fortement les seniors. Néanmoins, la population de l’Argentine, du Pérou et des Philippines est encore jeune, et les experts anticipent un vieillissement relativement progressif de la population dans ces trois pays, ce qui laisse à ces pays du temps pour entreprendre des réformes. En revanche, la situation est différente en Colombie, où l’on s’attend à un vieillissement rapide de la population et où le niveau de dette publique (rapporté au PIB) est élevé.

En ce qui concerne la France, la situation s’est améliorée depuis la dernière étude en 2014. En effet, à périmètre constant, le pays a gagné six places dans le classement des pays et se situe aujourd’hui au 35e rang. «Cette amélioration est due à l’augmentation de l’âge effectif du départ à la retraite, ainsi qu’à une révision favorable des prévisions du taux de dépenses de retraite sur PIB pour 2050. L’indice met en évidence une situation française contrastée où la vitalité démographique et la relative stabilité du système public de retraites sont contrebalancées par la fragilité de ses finances publiques», explique Mylène Sabatini, auteure du rapport et économiste chez Allianz.