Actualités

Etude

L’immobilier, en tête des actifs les plus performants sur longue période

Option Finance - 18 juin 2015 - optionfinance.fr

Selon l’IEIF, l’immobilier constitue le placement le plus rentable sur longue période. En comparant les taux de rentabilité interne (TRI) de différents investissements sur plusieurs périodes, telle est la conclusion à laquelle est parvenu l’institut de recherche, en particulier pour les foncières cotées et les logements parisiens. Sur plusieurs périodes de temps étudiés (5, 10, 15, 20, 30 et 40 ans à fin 2014), ces deux segments se positionnent en tête du palmarès. Sur 40 ans, les foncières et les logements à Paris enregistrent un TRI de respectivement 13,4 % et 12,8 %. Ces bons résultats s’expliquent par l’essor des foncières grâce au statut de SIIC créé en 2002 et par la très forte valorisation des actifs résidentiels de la capitale dans les années 2010.

D’autres classes d’actifs affichent également de très bons résultats. Les actions (à travers essentiellement les indices CAC 40 et SBF 250) se positionnent en tête du placement le plus rentable sur 30 et 40 ans avec respectivement une performance de 12,2 % et de 14,6 %. Les investissements dans l’immobilier de bureaux et dans les SCPI constituent ensuite des investissements intéressants. Ils sont suivis par les fonds en euros d’assurance-vie et les obligations. Les actifs agricoles (forêts, vignobles) connaissent quant à eux des performances faibles relativement proches de celles du livret A, tandis que l’or enfin enregistre des résultats très irréguliers selon les périodes.

Face à ces données et à la corrélation entre les actifs, l’IEIF constate qu’un portefeuille diversifié comprenant 53 % d’obligations, 42 % d’immobilier direct (28 % de logement et 8 %

de bureaux), 6 % de SCPI, 3 % d’actions et 1 % d’or, aurait enregistré une performance globale de 6,5 % pour une volatilit proche de 2,5 %, soit un excellent rapport en termes de rentabilitÈ ajustÈe du risque. Pour doper la performance de ce portefeuille la part en logement et en immobilier coté devrait progresser au détriment des obligations. Mais ce portefeuille optimal théorique ne se base que sur des performances passées.